remembrance

(Mot repris de remembrances)

REMEMBRANCE

(re-man-bran-s') s. f.
Terme vieilli. Souvenir.
Plus je vous vois, plus je crois voir aussi L'air et le port, les yeux, la remembrance De mon époux ; que Dieu lui fasse paix ! [LA FONT., Orais.]

HISTORIQUE

  • XIe s.
    Repaire li [lui revient] vigor et remembrance [, Ch. de Rol. CCLXIV]
  • XIIIe s.
    Je proi à tous mes boins amis qu'il manguscent avoec moi, en ramenbrance des XII apostles qui avoec nostre signour burent et mangierent [, Chr. de Rains, 147]
    Lors te vendra [viendra] en remembrance Et la façon et la semblance à cui nule ne s'apareille [, la Rose, 2445]
  • XVIe s.
    Vrai est que le monde se forge toujours de fausses remembrances de Dieu [CALV., Inst. 265]
    Tu ne te feras image, ou statue, ou remembrance aucune [ID., ib. 52]
    Et furent bruslez en public toutes les panchartes, anciens privileges, remembrances, et vieux enseignements, octrois.... [CARL., III, 13]
    Ces medailles, portants la remembrance du roi.... [ID., VII, 26]

ÉTYMOLOGIE

  • Ancien verbe français remembrer, qui est le même que rememorer ; provenç. remembransa ; espagn. remembranza ; ital. rimembranza.

remembrance

REMEMBRANCE. n. f. Souvenir. J'en ai quelque remembrance. Il est vieux.

remembrance

Remembrance, Imago, Effigies, Simulachrum.

remembrance


*REMEMBRANCE, s. fém. REMÉMORATIF, IVE, adj. REMÉMORER, v. act. Ils expriment l'action de remettre en mémoire. "J'en ai quelque remembrance.
   Jadis en étoit remembrance.
"Les fêtes sont remémoratives des évènemens, des mystères. "Je vais vous remémorer ce qui se pâssa dans cette ocasion. "Se remémorant cependant qu'il n'est ni charitable, ni prudent d'acuser les Souverains d'être capables de faire un schisme, etc. Tart. Épist. = L'Acad. dit du substantif et du verbe, qu'ils sont vieux: ce sont deux mots à regréter. Elle met l'adjectif sans remarque. Ces mots peuvent encôre servir dans le comique et le marotique.