remis, ise

REMIS, ISE

(re-mî, mi-z') part. passé de remettre
Se dit d'une chose mise au même endroit où elle était auparavant. L'épée remise au ou dans le fourreau.
Élevez un gnomon sur la cendre [de Copernic], et que le soleil, remis par lui à sa place, le salue tous les jours à midi de ses rayons joints aux vôtres [VOLT., Lett. au roi de Pr. 4 sept. 1773]
Terme de manége. Cheval bien remis, celui à qui l'écuyer a rappris l'exercice.
Rétabli dans son premier état.
Le maréchal [de Bellefonds] ne résista pas [aux représentations du roi], et le voilà remis à sa place [de premier maître de l'hôtel] [SÉV., 13 janv. 1672]
Un roi, sur le trône remis [VOLT., Brutus, III, 1]
Renvoyé à un autre temps. Voyage remis au mois prochain. Partie remise, voy. REMETTRE, n° 14.
Qui a recouvré la santé, les forces.
Mais un moment après, entièrement remise, Elle a voulu sourire [CORN., Sophon. III, 1]
Il y avait quelque temps que Germain était remis de ses blessures [HAMILT., Gramm. 7]
Rassuré, dont l'esprit a repris le calme.
Jean, qui, remis de ses premières terreurs, vient recueillir les derniers soupirs de son maître mourant pour notre salut [BOSSUET, Panég. saint Jean, 2]
Tels que vous les voyez [des oiseaux] dans les airs rassemblés, Et remis de l'effroi qui les avait troublés [DELILLE, Énéide, I]
Pardonné.
Des péchés qui n'ont jamais été purifiés par une sincère pénitence ni par conséquent remis devant Dieu [MASS., Carême, Élus.]
Bien remis, ou, simplement, remis, réconcilié.
Maintenant que nous voilà bien remis, et qu'il ne reste plus entre nous aucun levain d'animosité ni d'aigreur [BOILEAU, Lett. à Perrault.]
Calme, tranquille (sens qui vieillit).
Tout courtois il me suit, et d'un parler remis : Quoi, monsieur, est-ce ainsi qu'on traite ses amis ? [RÉGNIER, Sat. X]
Pour venger un affront tout semble être permis, Et les occasions tentent les plus remis [CORN., Poly. III, 5]
Et souffrir d'un esprit remis, Lors même qu'on me persécute Pour ce que je n'ai point commis [ID., Imit. III, 47]
Qui ne sait ; par expérience, que toutes les actions de respect demandent une contenance remise et posée ? [BOSSUET, 1er sermon, Comp. de la Ste Vierge, 2]