remparé, ée

REMPARÉ, ÉE

(ran-pa-ré, rée) part. passé de remparer
Un certain coin remparé de fumier [LA FONT., Belph.]
Chilping disait à Thierry qui voulait détruire Clermont : les murs de cette cité sont très forts et remparés de boulevards inexpugnables [CHATEAUBR., Voy. à Clermont.]
L'Italie remparée des Alpes [ID., Mém. t. VI, p. 16]