remparer

(Mot repris de remparée)

REMPARER (SE)

(ran-pa-ré) v. réfl.
S'emparer de nouveau.
Établir un rempart, une défense pour se garantir de quelque attaque. Le régiment surpris se rempara dans la ville et se défendit dans les rues. Par extension.
Qu'il n'y avait remède que d'entrer Au corps des gens, et de s'y remparer, D'y tenir bon.... [LA FONT., Belph.]
Fig.
Voyez comme ils se remparent d'une sévérité affreuse et inaccessible [BALZ., De la cour, 6e disc.]
V. a. Couvrir d'un rempart (l'actif n'est pas dans l'Académie).
Aux grandes commodités que ceux du dehors avaient d'entreprendre, ceux du dedans opposaient tant d'assiduité à remparer les brèches... [MALH., le XXXIIIe livre de T. Live, ch. 17]

HISTORIQUE

  • XVe s.
    Si fut capitaine [du chatel de Ber vich] Jean Bisset, un moult vaillant escuyer, lequel le fit remparer de tous points [FROISS., II, II, 15]
    Et que ce qu'ilz avoient remparé aux portes estoit jà abatu [COMM., II, 13]
  • XVIe s.
    Et là se remparoyt luy et ses gens [RAB., Garg. I, 28]
    Le venin, trouvant place vuide, se r'empare [s'empare de nouveau] des parties nobles [PARÉ, XXIV, 7]
    Il avoit occupé les pas et destroits des montagnes, et les avoit remparez tant de son armée qui estoit campée au pied de la montagne, que de murailles [AMYOT, Cat. 26]
    Des chariots remparez de faulx [ID., Démétr. 69]
    Les Assyriens.... ne logeoient jamais en camp qui ne feust fossoyé et remparé [MONT., I, 365]

ÉTYMOLOGIE

  • Re..., et emparer.

remparer

REMPARER (SE). v. pron. Se faire une défense contre quelque attaque. Se voyant surpris par les ennemis, ils se remparèrent avec des chariots et avec tout ce qu'ils purent trouver. Il est vieux.

remparer

Remparer les murailles, Muros firmare. Liu. lib. 23.

Remparer une ville, Vallare, Circumuallare, Oppidum vallo et fossa cingere, Vrbem ducto vallo claudere.

remparer


REMPARER, v. act. REMPART, s. m. [Ranparé, ranpar: 1re lon. dern. é fer. au 1er.] Rempart au propre, levée de terre, qui environe et défend une place. "Élever des remparts. Abattre les remparts.
   Quand verrai-je, ô Sion, relever tes remparts,
   Et de tes tours les magnifiques faîtes?      Esther.
Monter, se promener sur le rempart. Faire le tour du rempart. = Au fig. ce qui sert de défense. "Cette place est le rempart de toute la Province. "Il lui sauva la vie, en lui faisant rempart de son corps.
   Un long rempart des miens expirés sous ses coups,
   Arrêtant les plus fiers, glaçoit les coeurs de tous.
       Rhadamisthe.
  REMPARER, fortifier. Il se dit toujours avec le pronom personel: les Énemis se sont bien remparés. = Fig. "Il s'est remparé de l'autorité de, etc. "Se remparer contre le froid; et au participe: "Une place si bien munie et remparée. MAIMB.