remplage

REMPLAGE

(ran-pla-j') s. m.
Action de remplir un tonneau où il y a quelque déchet, soit par la fermentation et la coulure, soit par quelque autre accident.
.... Sous le prétexte spécieux que ces manquants ont servi à l'entretien et remplage de ceux [fûts] qui sont existants, ou qu'ils ont vendus en gros [, Ordonn. de l'intend. d'Alençon, 1er mai 1751]
Vin de remplage, le vin dont on remplit les pièces qui en ont besoin.
Terme de maçonnerie. Blocage à l'aide duquel on remplit l'espace vide entre les deux parements d'un mur en pierre ; et aussi cailloux qu'on jette entre un mur de revêtement et les terres.
Terme de charpenterie. Petits bois qui garnissent un pan de bois, une cloison, etc.
Il s'est dit pour remplissage ; ce qui est aujourd'hui inusité.
Et Dieu sait alors si les feux, Les flammes, les soupirs, les vœux, Et tout ce menu badinage Servaient de rime et de remplage [CORN., Pièce improv. à la suite de Clit. édit. 1632]
Il s'est dit aussi, en termes forestiers, pour remplacement, substitution.
Il faut éviter, dans les ventes ordinaires, un abus considérable.... qui est que, sous prétexte de faire l'adjudication en bois plein, l'on donne un nombre considérable d'arpents de bois des meilleurs pour le remplage [, Lett. etc. de Colbert, IV, 189]

HISTORIQUE

  • XVe s.
    Se l'acteur [auteur] n'eust mie incorporé ce que, après par contentement de raison et par l'excès du remplage qui y estoit trop, il m'a fait vuidier [G. CHASTEL., Expos. sur vérité]
  • XVIe s.
    La cicatrice qui par dessus se fait, se creuse, comme l'os, par faute de remplage [PARÉ, t. III, p. 645]
    Ils les mettoient encore vivans dedans les gabions. qui leur servoient d'autant de remplage [ID., ib. p. 722]
    Quand les ventes se doivent faire en nos forests.... ventes de vingt ou trente arpens, ainsy qu'ils escherront, sans faire aucun remplage [, Grand coust de France, I, 6]

ÉTYMOLOGIE

  • L'anc. verbe empler ou rempler, qui est le même que remplir.

remplage

REMPLAGE. n. m. T. d'Architecture. Blocage de moellons ou de briques et de mortier, dont on remplit l'espace vide entre les deux parements d'un mur en pierre. Faire le remplage. Mur de remplage.

Il se dit aussi, en termes d'Archéologie, de l'Armature de pierre qui, dans une fenêtre gothique, encadre les diverses parties des vitraux.

remplage

Remplage ou remplissage, et fourniture, Complementum, Fartura, vel Farctura.

remplage


REMPLAGE, ou REMPLISSAGE, s. m. REMPLIR, v. act. REMPLISSEûSE, s. f. [Ranplage, pli-sage, pli, pli-ceû-ze: 1re lon. 3e lon. au dern.] Suivant la Touche, les deux substantifs sont également bons. Cela n'est vrai que quand on parle du vin, dont on remplit une pièce, qui n'est pas tout-à-fait pleine; et des petites pierres, dont les Maçons remplissent une murâille après que les paremens de grosse pierre sont faits. = Hors delà, on ne dit que le second. 1°. L'ouvrage que fait une ouvrière en fil, en remplissant du point, de la dentelle. = 2°. En termes de Musique, les parties, aûtres que la bâsse et le dessus. = On dit des parties d'un discours, des scènes d'une pièce de Théâtre, qui ne sont pas nécessaires au plan, et qui ne servent qu'à alonger; que ce n'est que du remplissage.
   REMPLIR a plusieurs sens. = Emplir de nouveau. "Remplir une pièce de vin. = Quelquefois simplement, emplir. "Remplir sa câve de vin, ses greniers de blé; ses cofres d'or et d'argent. Se remplir, se gorger de viandes, de vin. = Admettre: "Remplir un corps, une Société, de bons ou de mauvais sujets. = Ocuper: remplir une place, un poste. = Remplir et ocuper ne sont pourtant pas tout-à-fait synonymes. La plupart des places sont ocupées sans être remplies. "Que voulez-vous? Il faut que les 40 fauteuils soient remplis ou du moins ocupés; et l'on n'a rien de mieux à choisir. Ann. Litt. = Fig. Remplir toute la terre du bruit de son nom. Remplir tout le monde d' admiration. "Les gémissemens des blessés remplissaient tout d' épouvante. "Il s'est rempli la tête de chimères. Être rempli de soi-même; s'estimer beaucoup. "Jamais homme n'eut tant de droit d'être rempli de lui-même, si jamais on peut avoir droit d'en être rempli. BOURDAL. Or. Fun. du grand Condé. = S'aquiter de. Acomplir. Remplir son devoir, ses obligations, sa promesse. = Satisfaire: Remplir l'atente, les espérances du Public. Il a rempli son sort, sa destinée: il a satisfait par les évènemens de sa vie et par sa conduite, l'idée qu'on avait de lui. = Employer. "Il remplit bien son tems. = On dit, des vers bien cadencés et d'une période bien nombreûse, qu'il remplissent bien l'oreille, qu'ils la flatent agréablement. = Remplir, se dit encôre des ouvrages de point, de dentelle et des tapisseries à l'aiguille. = C'est dans ce dernier sens qu'on dit Remplisseûse, ouvrière, qui gâgne sa vie à remplir des points, des dentelles.
   Rem. Suivant VAUGELAS, Remplir se dit d' ordinaire des chôses immatérielles, ou dans le sens figuré, et emplir des chôses matérielles et liquides. Je dis liquides, ajoute-t-il, car on ne dirait pas bien, emplir ses cofres, ses greniers. Et généralement parlant, on ne saurait faillir à dire toujours remplir de quoi que ce soit que l'on parle; au lieu qu'on peut souvent manquer en mettant emplir pour remplir.