rempli, ie

REMPLI, IE1

(ram-pli, plie) part. passé de remplir
Rendu plein. Une pièce de vin remplie par le tonnelier à mesure qu'elle baissait. Particulièrement, plein de nourriture.
Le soir, lorsqu'en rentrant du pâturage, il [le bœuf] ne se trouve pas assez rempli [GENLIS, Maison rust. t. I, p. 249, dans POUGENS]
Qui a l'apparence de la plénitude, de l'embonpoint.
Il [Vaugelas] avait les yeux et les cheveux noirs, le visage bien rempli et bien coloré [PELLISSON, Hist. Acad. IV, Vaugelas.]
Fig. Qui n'offre pas de vide.
Qu'en un lieu, qu'en un jour un seul fait accompli Tienne jusqu'à la fin le théâtre rempli [BOILEAU, Art p. III]
Occupé.
Le temps de cette navigation, celui où il fut occupé ou d'en faire les préparatifs ou de rendre compte du succès, fut une des époques les plus remplies et les plus heureuses de sa vie [CONDORCET, Courtanvaux.]
Voilà une journée bien remplie [GENLIS, Théât. d'éduc. les Faux amis, I, 3]
Quel dommage que tout mon temps soit si rempli ! [ID., Veil. du chât. t. II, p. 186, dans POUGENS]
Qui abonde en quoi que ce soit.
Le temple, qui était rempli auparavant de frayeur et de tumulte, le fut ensuite d'allégresse et de cris de joie [SACI, Bible, Machab. II, III, 30]
Phèdre est d'un sang, seigneur, vous le savez trop bien, De toutes ces horreurs plus rempli que le mien [RAC., Phèdre, IV, 2]
Il revoit tous ces temps si remplis de sa gloire, Depuis le fameux jour qu'au trône de Cyrus Le choix du sort plaça l'heureux Assuérus [ID., Esth. II, 1]
Il n'y a point de rues ni de galeries si embarrassées et si remplies de monde, où il ne trouve moyen de passer sans effort [LA BRUY., VI]
Le fils [de Saurin], aussi rempli de probité et de mérite, que dénué de fortune [ID., Mél. litt. Réfut. d'un écrit anonyme.]
Démocrite revint dans sa patrie rempli de la sagesse de toutes les nations [DIDER., Opin. des anc. philos. (secte éléatique).]
Qui ne songe qu'à, qui est tout entier occupé par.
Rempli de cette idée, il te sera facile De juger l'instabilité Qu'a le monde et sa vanité [CORN., Imit. III, 16]
Je suis si remplie de vous que je tâche d'être votre singe, et de vous contrefaire en tout [MOL., Critique, 3]
Oui, j'étais toute remplie du conte, et je brûlais de le redire [ID., Fourber. III, 4]
Il faudrait présentement vous redonner quelque amour.... pour vous-même ; vous en êtes trop vide, et trop remplie des autres [SÉV., à Mme de Grignan, 19 fév. 1690]
Plus rempli des pressentiments de sa mort que des images de son triomphe [FLÉCH., Hist. de Théodose, IV, 76]
Le poëte, rempli de grandes et sublimes idées, estime peu le discours de l'orateur, qui ne s'exerce souvent que sur de simples faits [LA BRUY., XII]
De ces soins innocents l'âme heureuse et remplie Ne doute pas du Dieu qu'elle porte avec soi [LAMART., Harm. I, 5]
Un homme rempli de lui-même, homme qui a une trop haute opinion de son mérite.
Loin de nous à jamais ces mortels endurcis.... Ou toujours remplis d'eux, ou toujours hors d'eux-mêmes.... Et qui n'ont point connu la douceur de pleurer ! [VOLT., Ép. XXVII]
Accompli.
Ma prophétie a été bien remplie [MAINTENON, Lett. à Mme de Ventadour, 23 nov. 1714]
Hé bien ! je meurs content, et mon sort est rempli [RAC., Andr. V, 5]
Tout a été fini, dès que votre nombre [le nombre d'élus déterminé par le Seigneur] a été rempli [MASS., Avent, Jugement univ.]
Ses jours étaient remplis ; il est mort à mes yeux [VOLT., Œdipe, V, 2]
Être rempli, se disait d'un indultaire ou d'un gradué, lorsqu'il était pourvu d'un bénéfice assez considérable pour n'être pas en droit d'en requérir un autre en vertu de son indult ou de ses grades.
Terme de blason. Se dit d'une pièce de l'écu dont le milieu est d'autre émail que les bords.
S. m.Terme de point d'Alençon. Travail dans l'intérieur des fleurs, cordons et feuilles pour la dentelle réseau. Les différents points dont se compose le rempli sont gaze ordinaire, gaze serrée, gaze claire, gaze mouchetée, gaze ombrée, point mignon, point à trou, point d'Argentan.