remuage

remuage

n.m.
Action de remuer qqch, partic. les bouteilles de champagne.

REMUAGE

(re-mu-a-j') s. m.
Action de remuer du vin, du blé.
Ces douze poinçons vont à Paris, où l'on en fait du vin de Bourgogne ; ils payent à l'entrée 75 francs chaque, plus six francs de remuage, taxe de l'usurpateur devenue légitime [P. L. COUR., Gaz. du village, n° 4]
Autrefois, billet de remuage, permis pour transporter du vin, que les particuliers prenaient au bureau des aides, lorsqu'ils voulaient transporter leur vin d'une cave à une autre.
.... De quel droit ils avaient refusé à son fils un billet de remuage pour l'enlèvement de quatre pièces d'eau-de-vie, ....à quoi les commis répondirent que l'on ne délivrait pas de congé de remuage les fêtes et dimanches, qui sont des jours qu'on ne voiture pas, [, Arrêt du cons. d'État, 19 janv. 1720]

ÉTYMOLOGIE

  • Remuer.

remuage

REMUAGE. n. m. Action de remuer une chose. Le remuage du blé, du vin. Congé de remuage.

remuage


REMUAGE, s. m. REMUANT, ANTE, adj. REMUEMENT, s. m. REMUE-MÉNAGE, s. m. REMUER, v. act. et n. [Remu-age, mu-an, ante; mûman, muménage, mu-é: 1ree muet; 2e lon. au 2d, 3e du 5e et du dern. é fer. Devant l'e muet l'u est long: il remûe, ils remûent. Au futur et au conditionel, cet e muet ne se prononce pas: il remuera, remuerait; pron. remûra, remûrè, en 3 syll. L'û est long. Ainsi l'on prononce remûment, quoique l'on écrive remuement.] Remuer, c'est 1°. Mouvoir, changer une chôse de place. "Ne remuez rien. Remuer une chôse de sa place. Remuer du blé. — Remuer la terre, fouir et porter de la terre pour des travaux, des fortifications. = Remuer un enfant, le nétoyer et le changer de linge. = Fig.Remuer ciel et terre pour, etc. Prendre toute sorte de moyens. = Remuer une afaire, la poursuivre de nouveau, lorsqu'elle a été négligée ou interrompûe. = 2°. Émouvoir. "Ce Prédicateur est éloquent: il remûe l' âme, le coeur, etc. = 3°. V. n. Faire quelque moûvement, changer soi-même de place. "Ne remuez pas de là. Si tu remûes, tu es mort. = Exciter des troubles. "Ce fut un beau prétexte pour ceux qui voulaient remuer. = 4°. V. réc. Se mouvoir. "La foule était si grande, qu'on ne pouvait se remuer. = Se doner du moûvement pour réussir. "Il ne se remûe pour rien. On a beau l'exciter: il ne s'en remûe pas davantage. Il s'est beaucoup remué pour cette afaire. = L'argent se remûe: il se fait beaucoup de payemens. = * Cousin remué (pour issu) de germain, est un mot de Province. L'Acad. dit qu'il est populaire.
   Rem. 1°. Dans le sens de cabaler, exciter à la sédition, remuer s'emploie toujours neutralement. Bossuet le fait tantôt actif, tantôt neutre, tantôt réciproque. "Demeurer soumis sans rien remuer contre l'Empire. "Ils ne songèrent pas seulement à remuer. "Ils se remuèrent contre l'Église. Le neutre du 2d exemple est le seul bon. = 2°. La Bruyère dit se remuer de, pour s'émouvoir, s' afecter de, etc. "Une afaire de rien, et qui ne mérite pas qu'on s'en remûe. On dirait aujourd'hui, qu'on s'en émeuve.
   REMUAGE, action de remuer, ne se dit que du blé et du vin. Pour la terre et les humeurs, on dit remuement.
   REMUANT, s'emploie et au propre et au figuré. "Cet enfant est vif et remuant: il se remûe à tout moment. = Esprit remuant, inquiet et brouillon, propre à exciter des troubles. "Des esprits si remuans. BOSS. "Un de ces esprits remuans et audacieux, qui semblent être nés pour changer le monde Id.
   REMUEMENT, action de ce qui remûe. Remuement d'humeurs. Remuement des terres. Voy. REMUER, n°. 1°. = Il est plus usité au figuré qu'au propre. "Causer du remuement, du trouble. "Il y a eu de grands remuemens dans la Province, des brouilleries, des séditions.
   REMU-MÉNAGE, au propre, dérangement des meubles, et aûtres chôses qu'on transporte d'un lieu à un aûtre. = Au figuré, troubles et désordres, qui arrivent dans les familles, dans les villes, dans les États. "Il y a bien du remu-ménage dans cette maison, dans cette Province. La Bruyère parlant des canons et des bombes; c' est là, dit-il, où git la gloire: elle aime le remu-ménage, et elle est persone de grand fracâs. Il met en italique git et remu-ménage. Ces mots sont bâs en éfet pour un discours élevé, et ils ne peuvent être bons que dans le style três-familier ou critique.