remueur, euse

REMUEUR, EUSE

(re-mu-eur, eû-z') s. m. et f.
Celui, celle qui remue.
S. m. Ouvrier employé à remuer le blé dans un grenier, afin qu'il ne s'échauffe pas.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Les seditieux et remueurs de nouvelletez [, Sat. Mén. p. 127]
    Il le cognoissoit pour un grand remueur, comme ayant esté nourry quasi toute sa vie en cour de Rome [CARL., VI, 9]

ÉTYMOLOGIE

  • Remuer.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    REMUEUR. Ajoutez :
    Fig. Un remueur d'idées, un homme qui agite, discute, met en avant des idées.
    Comme Voltaire, Érasme fut un curieux et un sceptique à la fois, un grand remueur d'idées [L. CHOPIN, Journ. offic. 29 nov. 1876, p. 8805, 2e col.]
    Remueur d'affaires, un homme qui met en train beaucoup d'affaires.
    Vous étiez un chercheur et un remueur d'affaires [, Gaz. des Trib. 22-23 juin 1874, p. 597, 4e col.]
    Celui qui suscite des troubles, des révoltes.
    Les remueurs demandent quelques conditions que la reine ne veut aucunement accorder [MALH., Lexique, éd. L. Lalanne]