renfermé, ée

RENFERMÉ, ÉE

(ran-fèr-mé, mée) part. passé de renfermer
Enfermé de nouveau. Repris après une évasion, et renfermé.
Enfermé, emprisonné. Un fou renfermé dans un établissement d'aliénés.
Il peut venir des malheurs du ciel et de dessous terre : un éclat de foudre peut ruiner les matériaux ; un vent renfermé peut faire sauter le travail en l'air [BALZ., De la cour, 4e disc.]
Substantivement. Cela sent le renfermé, se dit des choses qui sentent mauvais pour avoir été longtemps renfermées. Odeur de renfermé, odeur d'une chambre qui n'a pas été ouverte depuis longtemps.
Fig. Il se dit des sentiments, des idées, des passions que l'on enferme dans le cœur.
Je craignais mon amour vainement renfermé ; Enfin j'aurais voulu n'avoir jamais aimé [RAC., Brit. III, 7]
Il se dit des personnes.
Renfermée en moi-même, mes inquiétudes n'en étaient que plus vives [GRAFFIGNY, Lett. péruv. IV]
Absolument. Un homme renfermé, un homme qui ne communique pas ses impressions, ses sentiments.
M. de Montalais est incompréhensible.... on ne le connaît pas, il est renfermé [Mme RICCOBONI, Comtesse de Sancerre, lett. 52]
Contenu, compris.
Comme la religion et le gouvernement politique sont les deux points sur lesquels roulent les choses humaines, voir ce qui regarde ces choses, renfermé dans un abrégé, et en découvrir par ce moyen tout l'ordre et toute la suite.... [BOSSUET, Hist. Dessein général.]
Ces admirables vertus me semblent renfermées dans l'idée du souverain [LA BRUY., X.]
La devise de l'homme vertueux est renfermée dans ces deux mots, donner et pardonner [D'ALEMB., Éloges, l'ab. de St-P.]
Restreint, réduit. Le débat renfermé dans de sages limites.
J'apprendrai plus de vos nouvelles lundi ; car votre dernière [lettre] est toute renfermée à celles de Versailles [SÉV., 12 août 1685]
Il se dit, en un sens analogue, des personnes.
Parmi ces sages pensées et renfermé dans un doux commerce avec ses amis aussi modestes que lui, il goûtait un véritable repos [BOSSUET, le Tellier.]
Renfermé dans les soins de son saint ministère.... On le voit dans son temple et jamais à la cour [VOLT., Sémiram. I, 1]
Substantivement. Le renfermé, l'habitude de vivre dans une société restreinte et exclusive.
Leur dévotion [de M. du Maine et de Mme de Maintenon], leur renfermé continuel le rassurait [le roi] sur eux [SAINT-SIMON, 363, 35]