renforcé, ée

RENFORCÉ, ÉE

(ran-for-sé, sée) part. passé de renforcer
Rendu plus fort. Renforcé par une bonne nourriture. Tenez votre voix renforcée sur cette note.
Ma bourse renforcée par Mme de Warens [J. J. ROUSS., Confess. II]
Une étoffe renforcée, une étoffe plus forte et plus épaisse que d'ordinaire. Du damas renforcé.
Un bidet renforcé, un double bidet. Fig. et familièrement. Un paysan renforcé, un bourgeois renforcé, un paysan, un bourgeois qui a de l'aisance et qui fait un peu l'important. Un fat, un sot renforcé, un homme extrêmement fat, extrêmement sot.
Que l'on m'amène un âne, un âne renforcé [LA FONT., Fabl. VI, 19]
Il se dit, dans le même sens, des choses.
L'opéra comique n'est autre chose que la foire renforcée [VOLT., Lett. Mme de St-Julien, 3 mars 1769]
Je ne sais par quelle raison on est convenu presque généralement de réduire l'histoire à une espèce de gazette renforcée, exacte pour les faits et pour le style [D'ALEMB., Mém. Christ. Œuv. t. IV, p. 11, dans POUGENS]