rengréger

(Mot repris de rengrégea)

RENGRÉGER

(ran-gré-jé. Le g prend un e devant a et o : rengrégeant, rengrégeons ; la syllabe gré garde toujours l'accent aigu : je rengrége, je rengrégerai, je rengrégerais.) v. a.
Terme vieilli. Augmenter, en parlant du mal, des maladies. Se rengréger, v. réfl. Être rengrégé.
Et voyant que l'espoir commence à me faillir, Ma douleur se rengrége [RÉGNIER, Plainte.]

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Un jour, sa maladie s'estant rengregée, il fut contraint de demourer couché dans son camp [AMYOT, Nicias, 32]
    Il n'y a point de medecine qui n'empire et rengrege ce mal [MONT., III, 347]

ÉTYMOLOGIE

  • Re..., en, et l'ancien comparatif greindre au nominatif, greigneur au régime, du lat. grandior, grandiorem, de grandis (voy. GRAND).

rengréger

RENGRÉGER. v. a. Augmenter, accroître. Il ne se dit qu'en parlant Du mal, de la douleur. Rengréger son mal. Rengréger sa douleur. Rengréger sa peine.

Il s'emploie aussi avec le pronom personnel. Son mal se rengrége. Sa douleur se rengrége. Dans les deux acceptions, il est vieux.

rengreger

Rengreger un mal, Exulcerare, Exasperare, Redulcerare, Aggrauare.

Rengreger quelque affaire, Exaggerare rem.

Ce mal se rengrege, Malum ingrauescit, Crudescit, Recrudescit, AEgrescit.