renommée

renommée

n.f.
Considération favorable largement répandue dans le public sur qqn, qqch : Une actrice dont la renommée est internationale célébrité, renom réputation

RENOMMÉE

(re-no-mée ; Palsgrave, p. 57, dit, au XVIe siècle, qu'on prononçait renoumée) s. f.
Connaissance d'un nom parmi un public plus ou moins étendu. Bonne renommée. Mauvaise renommée.
Et la gloire et la renommée Ne sont que songe et que fumée, Et ne vont point jusques aux morts [VOIT., Œuv. t. II, p. 206]
Ne montrez à la cour que votre renommée [CORN., Nicom. I, 1]
À quelque prix qu'on mette une telle fumée, L'obscurité vaut mieux que tant de renommée [ID., Hor. II, 3]
Le soin que nous prenons de notre renommée.... [MOL., Tart. III, 3]
Qu'heureux est le mortel qui, du monde ignoré, Vit content de soi-même en un coin retiré ; Que l'amour de ce rien qu'on nomme renommée N'a jamais enivré d'une vaine fumée ! [BOILEAU, Epître VI]
Mes malheurs font encor toute ma renommée [RAC., Bajaz. II, 1]
Louis XIV, jeune encore et avide de renommée, qu'il prenait pour la véritable gloire, se préparait à faire la guerre à la Hollande [D'ALEMB., Éloges, Despréaux.]
Pour jouir de ce bonheur qu'on cherche tant et qu'on trouve si peu, la sagesse vaut mieux que le génie, l'estime que l'admiration, et les douceurs du sentiment que le bruit de la renommée [ID., Éloges, Sacy.]
Nous marchions vers cette petite ville [Athènes], dont le territoire s'étendait à quinze ou vingt lieues, et qui balance dans l'univers la renommée de l'empire romain [CHATEAUBR., Itin. part. I]
Terme de palais. Rétablir quelqu'un en sa bonne fâme et renommée.
La voix publique Nous avons appris l'événement par la renommée.
La renommée accuse juste en contant ce que vous valez [MOL., Préc. 10]
J'eus soin de vous nommer.... Des gouverneurs que Rome honorait de sa voix ; Je fus sourde à la brigue et crus la renommée [RAC., Brit. IV, 2]
La vérité s'accorde avec la renommée, Madame, Osmin a vu le sultan et l'armée [ID., Bajaz. I, 2]
Toujours la renommée Avec le même éclat n'a pas semé mon nom [ID., Bérén. II, 2]
Terme de palais. Enquête de commune renommée, sorte d'enquête de voix publique pour constater certains faits.
Si le défaut d'inventaire porte sur un mobilier échu à la femme, celle-ci ou ses héritiers sont admis à faire preuve, soit par titres, soit par témoins, soit même par commune renommée, de la valeur de ce mobilier [, Code Nap. art. 1504]
Être mythologique et allégorique représenté sous la figure d'une femme embouchant la trompette (en ce sens il s'écrit avec une r majuscule). Peindre, sculpter plusieurs Renommées.
Lorsque d'un pied léger la prompte Renommée, Semant partout l'effroi, vient au chantre éperdu Conter l'affreux détail de l'oracle rendu [BOILEAU, Lutr. V]
En cette acception, on s'en sert dans plusieurs phrases de style oratoire et poétique, mais sans y mettre l'r majuscule. La renommée publie ses victoires. Le vol de la renommée. Sur les ailes de la renommée.
Mais on croit trop ici l'aveugle renommée, Son infidèle voix vous a mal informée [VOLT., Adél. I, 3]
Mon cher ami, vous savez que la renommée a cent bouches, et que, pour une qui dit vrai, il y en a quatre-vingt-dix-neuf qui mentent [ID., Lett. à Collini, 22 oct. 1766]
La renommée a publié de ses cent bouches les victoires qu'il [Amazan] remporta sur les trois rois avec ses Espagnols, ses Vascons et ses licornes [ID., Princ. de Babyl 11]

PROVERBE

    Bonne renommée vaut mieux que ceinture dorée, il vaut mieux avoir l'estime publique que d'être riche (voy. CEINTURE).

SYNONYME

  • RENOMMÉE, RÉPUTATION. La renommée a pour point de départ la célébrité ; la réputation, une opinion plus circonscrite. La renommée est dans le grand public ; la réputation, dans un petit public. Aussi Duclos a-t-il dit : La réputation et la renommée peuvent être fort différentes, et subsister ensemble, Consid. mœurs, 5.

REMARQUE

  • Corneille ayant dit : Et lui, désespéré, s'en alla dans l'armée Chercher d'un beau trépas l'illustre renommée, Poly. I, 3, Voltaire objecte que renommée ne convient point à trépas ; ce mot ne regarde jamais que la personne, parce que renommée vient de nom : la renommée d'un guerrier, la gloire du trépas.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Mieux aim [j'aime] de li [de ma dame] avoir dure pensée, Que d'une autre greigneurs biens atenir ; Tant aim de li [j'aime d'elle] la douce renommée [VIDAME DE CHARTRES, Romanc. p. 114]
    Il furent chevalier de haute renommée [AUDEFR. LE BAST., ib. p. 25]
    Trop dolente en seroie, s'en faisiez renommée [si vous en parliez] [, Berte, XVI]
    Bone gent [ils] sont et sage et de grant renommée [, ib. XLVI]
    Par toute la contrée en va la renommée [, ib. CIV]
    Tant que il avint que renoumée, qui par tout vole, en vint au roi Phelippe [, Chr. de Rains, p. 61]
    Et fu renoumée de celi femme qu'il voult [voulut] gesir avec elle contre se [sa] volenté [, Bibl. des chartes, 2e sér. t. III, p. 425]
    Maistre Robert de Cerbone pour la grant renommée que il avoit d'estre preudomme, il [Louis IX] le faisoit manger à sa table [JOINV., 195]
    Mais de sorplus ne vos fas [je ne vous fais] renomée [récit] [, Aubri, p. 159]
  • XIVe s.
    Il est escript : la vieille renommé est tost alée quant elle n'est renouvelée [LE CHEV. DE LA TOUR, Instruct. à ses filles, f° 85, dans LACURNE.]
  • XVe s.
    De quoi lesdits seigneurs ne voulurent mie plenté sejourner, ni eux endormir en la renommée des medisans [FROISS., I, 1, 201]
    Balade que bonne renommée vault mieux à l'homme que fin or [E. DESCH., Poésies mss. f° 368]
    Plus griefve chose est la moitié, de male renommée faire bonne que de la bonne faire mauvaise [, Perceforest, t. I, f° 124]
  • XVIe s.
    Si le soing de se faire cognoistre aux siecles advenir et de la renommée [MONT., I, 291]

ÉTYMOLOGIE

  • Renommé ; provenç. renomada, renomnada ; ital. rinomata.

renommée

RENOMMÉE. n. f. Renom, réputation. Bonne renommée. Mauvaise renommée. Renommée universelle. Noircir, ternir la renommée de quelqu'un. Cela ferait tort, cela nuirait à sa renommée. Flétrir sa renommée.

Prov., Bonne renommée vaut mieux que ceinture dorée, Il vaut mieux avoir l'estime publique que d'être riche.

En termes de Procédure, Enquête de commune renommée, Sorte d'enquête ordonnée pour constater certains faits d'après la notoriété publique.

RENOMMÉE désigne aussi la Voix publique qui annonce quelque action, quelque événement remarquable, qui répand l'éloge ou le blâme sur quelque personnage. J'ai appris cette action, ce grand événement par la renommée. Je n'en fus instruit que par la renommée.

Il se dit encore d'un Être mythologique et allégorique, représenté sous les traits d'une déesse embouchant la trompette. Selon les poètes, la Renommée a cent yeux, autant de bouches et autant d'oreilles. Il y avait à Athènes et à Rome un temple de la Renommée. Peindre une Renommée.

Il s'emploie avec cette acception dans diverses locutions figurées du style oratoire et poétique. Les cent bouches, les cent voix de la renommée. Ses conquêtes avaient devancé le vol de la renommée. Les trompettes de la renommée. La renommée publie ses victoires. La renommée vole en tous lieux. Sur les ailes de la renommée.

renommée

Renommée, Fama, Claritas, Nomen, Opinio.

Bruit et renommée, Splendor.

Bruit et renommée qu'on a parmi les gens, Celebritas.

Bruit et renommée qu'on a pour ses vertus ou grand sçavoir, Nobilitas.

Bonne renommée et estime, Bona existimatio.

Bonne renommée et entiere, Existimatio integra, Fama incolumis.

Mauvaise renommée, Inuidia, B.

La grande renommée d'aucun, Praeclara de aliquo fama.

La renommée d'iceluy vient entre les mains des juges, In iudicium venit fama eius.

Remettre à sa bonne fame et renommée, Integrae existimationi pristinae restituere, B.

Le los et la renommée de nous deux n'accreut en rien, et ne s'avança point pendant que vous fustes Questeurs, Consedit vtriusque in Quaestura vestra nomen.

Nostre bruit et renommée a peu parvenir oultre Caucasus, Nostrum nomen vel Caucasum hunc transcendere potuit.

Avoir renommée, Clarere.

Blecer sa bonne renommée, Famam suam laedere.

Diminuer sa bonne renommée, Existimationem suam violare.

Son bruit et renommée se diminue, Senescit fama eius.

Estre en danger de perdre sa bonne renommée, In discrimen existimationis venire.

Ne se chaloir de sa renommée, Vela dare suae famae.

Garder sa renommée au moyen d'aucun, Obtinere famam per aliquem.

Il est mort en bonne et honeste renommée, Integra persona atque integro statu decessit. Est iuris vocabulum, quando crimina post mortem non obiiciuntur B.

Oster la bonne renommée d'aucun, Famam alicuius lacerare.

Predire à quelqu'un et prononcer la grande renommée qu'il aura, Ostendere claritatem alicui.

Prouvoir que la renommée dure plus longuement, Famae latius consulere.

Vivre par louable renommée à cause de sa vertu, Viuere gloria et laude ob virtutem.

Qui à perdu sa bonne renommée et ses biens, Expers fama et bonis.

Qui est sans renommée, Ignominis, Ignobilis, Inglorius.

Chose qu'on ha pour la commune renommée entretenuë de long temps, Res fama tradita.

Synonymes et Contraires

renommée

nom féminin renommée
1.  Opinion favorable du public.
ombre, oubli -littéraire: obscurité.
2.  Littéraire. Opinion publique.
audience, cote, réputation -littéraire: renom.
Traductions

renommée

Berühmtheit, Gloriefame, glory, renownberoemdheid, glorie, lof, roemberoemdheidglòriaαίγληfameco, glorofama, celebridad, conocimientos, gloriagloriaglória, notoriedadeslavădebdebe, ihtişam, şanfama, vanto (ʀənɔme)
nom féminin
fait d'être très connu la renommée d'un artiste