renté

rente

RENTE. n. f. Revenu annuel. Il a trente mille francs de rente. Il vit de ses renies.

Il se dit spécialement de Ce qui est dû tous les ans pour un fonds aliéné, cédé ou affermé. Rente foncière. Bail à rente. Rente en grains, en vin. Rente en espèces. Il vieillit.

Il se dit aussi de Ce qui est dû annuellement pour une somme d'argent aliénée par contrat. Rente à quatre, à cinq, à six pour cent. Rente annuelle et perpétuelle. Rente sur la banque de Londres. Rente sur des particuliers. Rente rachetable, non rachetable. Rente viagère. Rente à fonds perdu. Contrat de rente. Constitution de rente. Racheter, rembourser, amortir une rente. S'affranchir d'une rente. Acheter, vendre, créer, saisir, arrêter une rente. On lui a prêté cinquante mille francs, dont il fait la rente, dont il paie la rente. La rente court du jour de la signature du contrat. Rente réductible. Faire réduire une rente qui est à un taux trop élevé. Caution d'une rente. Garantir une rente. Arrérages d'une rente. Rente prescrite. Créancier d'une rente. Débiteur d'une rente. Rente bien assurée, mal assurée. Rente payable par quartier, par trimestre, par semestre. Cette rente est payable à telle époque de l'année.

RENTE se dit absolument pour désigner la Rente constituée par l'État. Rente à cinq pour cent, à trois pour cent. Rente amortissable. Un litre de rente. Le taux de la rente. La rente monte, est en hausse. La rente baisse, est en baisse. La rente est au-dessous du pair. Acheter de la rente. Payer en rentes. Transférer des rentes. Conversion des rentes.

Rente se dit figurément d'une Somme qu'on s'engage à verser à des échéances fixes. Au lieu d'un capital, il a donné une rente en dot à sa fille. Faire une rente à un vieux domestique.

Il se dit, par extension, de Certaines charges qu'on s'impose à soi-même et qui reviennent à peu près périodiquement. Il ne cesse de donner à ces pauvres gens : c'est une rente.

Rente du sol, en termes d'Économie politique, se dit pour désigner le Produit net de la terre.

rente

Rente, f. Vient de rendre, aussi dit on, cet heritage rend tant, c'est à dire, baille tant de profit. Et parce Rente est proprement le profit, qu'un heritage rend à son maistre pour les labeurs et semences, ou autres amendemens y faicts. Mais on veut à present appeler Rente, cela sans plus qui revient de certain au seigneur nombré, mesuré, ou poisé, sans diminution par chacun an, et l'approprier aux rentes feodales, à la difference de Revenu, qu'on ne veut estre en toutes années de pareil nombre, poix ou mesure, et renger aux revenus roturiers. Quoy qu'il en soit, c'est en Latin, Annuus prouentus.

Rente constituée sur heritage, c'est quand l'heritage est chargé de la rente par bail d'iceluy heritage, c'est en iceluy baillant, ou vendue et constituée sur iceluy heritage, de façon que l'heritage tire ceste charge réelle quant et luy en quelque main qu'il aille, et ceste rente est censée immeuble et heritage tant qu'elle soit racheptée.

Rente constituée à pris d'argent, sur maisons ou heritages, c'est rente constituée au denier douze.

Constituer rente sur les heritages, Praedia oppignerare annua pensitatura, B.

La rente ne court plus, Consistit vsura, B. ex Cic. voyez Courir.

Maison qui doit rente, Vectigalis domus, B.

Rente pour interest et usure, voyez Interest, et Usure, en User.

Vivre de ses rentes, Subsidiis patrimonij se sustentare, B.

rente


RENTE, s. f. RENTER, v. act. RENTIER, IèRE, s. m. et f. [Rante, , tié, tiè-re. 1re lon. 2ee muet au 1er, é fer. au 2d et au 3e, è moy. et long au dern.] Rente, est 1°. en général, revenu annuel: "Il vit de ses rentes. "Il a dix mille livres de rente. = 2°. En particulier, ce qui est dû tous les ans, à caûse d' un fonds aliéné. Rente en grains, en vin, en espèces, en argent. Rente féodale, foncière, etc. = 3°. Ce qui est dû annuellement pour une somme d'argent, placée à constitution. Rente au denier vingt, ou vingt-cinq, etc.
   On dit, proverbialement, de ceux qui viènent demander à des tems réglés, qu'ils se sont constitués une rente.
   RENTER, c'est assigner un certain revenu à, etc. "Renter un Couvent, un Collège, une Comunauté. = Renté, qui a des rentes. "Comunauté bien rentée. = Qui a du bien. "Il est bien renté: il est riche.
   RENTIER, qui a des rentes constiutées sur une Comunauté. = Qui doit des rentes Seigneuriales. = En certaines Provinces, on dit rentier, pour fermier d'un héritage. Ce mot n'est pas français en ce sens.