rentier, ière

RENTIER, IÈRE

(ran-tié, tiè-r') s. m. et f.
Celui, celle qui a des rentes constituées sur l'État ou sur quelque communauté.
Les rentiers assemblés au nombre de plus de trois mille, tous bourgeois et vêtus de noir, avaient créé douze syndics pour veiller, disaient-ils, sur les prévarications du prévôt des marchands [RETZ, Mém. t. II, liv. III, p. 89, dans POUGENS]
Et ce visage enfin plus pâle qu'un rentier, à l'aspect d'un arrêt qui retranche un quartier [BOILEAU, Sat. III]
Comme son projet principal a été de calculer la mortalité des rentiers, et qu'en général les rentiers à vie sont des hommes d'élite dans un État, on ne peut pas en conclure pour la mortalité du genre humain [BUFF., De la vieillesse et de la mort]
Bourgeois qui vit de son revenu, sans négoce, ni industrie. Un gros rentier. Rentier viager, celui qui vit d'une rente viagère.
Après le célibat ecclésiastique et le célibat militaire, l'un de profession et l'autre d'usage, il en est un troisième de convenance, introduit par le luxe, c'est celui des rentiers viagers [RAYNAL, Hist. phil. XIX, 9]
Autrefois, celui, celle qui devait des rentes seigneuriales. Cette seigneurie avait beaucoup de rentiers et de rentières.
Un rentier, rôle des rentes qui étaient dues à un seigneur.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Et disoient encore que li termes de paiement estoit de toute le [la] jornée, car li rentier pooient paier à quele hore qu'il lor plaisoit [BEAUMANOIR, XXIII, 10]
    Sathan, plus de sept ans ai tenu ton sentier ; Maus chans m'ont fet chanter li vin de mon chantier : Mult felonesse rente m'en rendront mi rentier, Ma char charpenteront li felon charpentier [RUTEB., II, 96]
  • XIVe s.
    Les devant diz fermiers, muniers ou asners desdiz moulins paieront chascun an aus rentiers ou aux fermiers qui tenront les rentes ou fermes de la dite ville de Meleun, quatre livres de Parisis [DU CANGE, rentarius.]
  • XVe s.
    Mes depuis trois mois tous entiers Sui-je à la fievre tous rentiers [FROISS., Poésies mss. p. 106, dans LACURNE]
  • XVIe s.
    Les seigneurs censiers et rentiers peuvent proceder par saisie sur les heritages sujets à cens et rentes, laquelle tient pour les trois dernieres années pretendues et affirmées par le seigneur, nonobstant opposition [LOYSEL, 524]
    [Débiteur de rente] le seigneur n'est tenu faire vue à son rentier foncier ou censier [ID., 528]

ÉTYMOLOGIE

  • Rente ; wallon, reinti ; prov. rendier ; ancien cat. render ; espagn. rentero ; port. rendeiro.