rentrer

(Mot repris de rentreront)

rentrer

v.i. (Auxil. être)
1. Entrer de nouveau quelque part : Il est rentré dans son bureau revenir ; 1. ressortir de, sortir de
2. Revenir dans une situation, un état que l'on avait quittés : Rentrer dans le droit chemin.
3. Revenir chez soi ou dans un lieu où l'on est souvent : Il rentre de vacances bientôt. Il rentrera demain.
4. Reprendre ses activités après une interruption : Les écoles rentrent au début du mois de septembre. Les tribunaux sont rentrés.
5. Être encaissé, perçu : Des créances qui ne rentrent pas.
6. S'introduire à l'intérieur de ; entrer : L'air rentre par ce trou pénétrer, s'infiltrer
7. S'insérer en s'encastrant : Les caisses rentrent les unes dans les autres s'emboîter
8. Être contenu, inclus dans : Cela ne rentre pas dans mes attributions.
9. Se jeter violemment sur ; percuter : La moto est rentrée dans un arbre télescoper ; éviter
Rentrer dans qqn ou rentrer dans le chou ou dans le lard de qqn,
Fam. se jeter sur lui pour le battre, le mettre à mal ; fig., se livrer à une violente attaque verbale contre lui.
Rentrer dans son argent ou dans ses frais,
récupérer l'argent que l'on a dépensé recouvrer
Rentrer en soi-même,
Litt. faire un retour sur soi-même ; réfléchir sur sa conduite.
v.t. (Auxil. avoir)
1. Mettre ou remettre à l'abri, à l'intérieur : J'ai rentré la voiture au garage. Rentrer les moutons à la bergerie.
2. Faire pénétrer : Rentrer la clé dans la serrure introduire
3. Ramener en arrière certaines parties du corps : Rentrer son ventre. Le chat a rentré ses griffes rétracter
4. Retenir en soi ; refouler, cacher : Rentrer sa colère contenir, ravaler ; manifester

rentrer


Participe passé: rentré
Gérondif: rentrant

Indicatif présent
je rentre
tu rentres
il/elle rentre
nous rentrons
vous rentrez
ils/elles rentrent
Passé simple
je rentrai
tu rentras
il/elle rentra
nous rentrâmes
vous rentrâtes
ils/elles rentrèrent
Imparfait
je rentrais
tu rentrais
il/elle rentrait
nous rentrions
vous rentriez
ils/elles rentraient
Futur
je rentrerai
tu rentreras
il/elle rentrera
nous rentrerons
vous rentrerez
ils/elles rentreront
Conditionnel présent
je rentrerais
tu rentrerais
il/elle rentrerait
nous rentrerions
vous rentreriez
ils/elles rentreraient
Subjonctif imparfait
je rentrasse
tu rentrasses
il/elle rentrât
nous rentrassions
vous rentrassiez
ils/elles rentrassent
Subjonctif présent
je rentre
tu rentres
il/elle rentre
nous rentrions
vous rentriez
ils/elles rentrent
Impératif
rentre (tu)
rentrons (nous)
rentrez (vous)
Plus-que-parfait
j'étais rentré
tu étais rentré
il/elle était rentré/rentrée
nous étions rentrés
vous étiez rentrés
ils/elles étaient rentrés/rentrées
Futur antérieur
je serai rentré
tu seras rentré
il/elle sera rentré/rentrée
nous serons rentrés
vous serez rentrés
ils/elles seront rentrés/rentrées
Passé composé
je suis rentré
tu es rentré
il/elle est rentré/rentrée
nous sommes rentrés
vous êtes rentrés
ils/elles sont rentrés/rentrées
Conditionnel passé
je serais rentré
tu serais rentré
il/elle serait rentré/rentrée
nous serions rentrés
vous seriez rentrés
ils/elles seraient rentrés/rentrées
Passé antérieur
je fus rentré
tu fus rentré
il/elle fut rentré/rentrée
nous fûmes rentrés
vous fûtes rentrés
ils/elles furent rentrés/rentrées
Subjonctif passé
je sois rentré
tu sois rentré
il/elle soit rentré/rentrée
nous soyons rentrés
vous soyez rentrés
ils/elles soient rentrés/rentrées
Subjonctif plus-que-parfait
je fusse rentré
tu fusses rentré
il/elle fût rentré/rentrée
nous fussions rentrés
vous fussiez rentrés
ils/elles fussent rentrés/rentrées

RENTRER1

(ran-tré) v. n.
Entrer de nouveau, entrer après être sorti.
C'est aujourd'hui que le parlement de Rennes est rentré dans son beau palais, et que toute la ville est dans les cris et les feux de joie [SÉV., 1er févr. 1690]
Une femme forte, pleine d'aumônes.... tantôt elle rentre auprès du malade, non par faiblesse, mais, dit-elle, pour apprendre à mourir et profiter de cet exemple [BOSSUET, le Tellier.]
Ainsi [par les sévérités des princes catholiques] tombait l'hérésie avec son venin ; et la discorde rentrait dans les enfers, d'où elle était sortie [ID., ib.]
Je me retire donc, encor pâle d'effroi [d'un incendie] ; Mais le jour est venu quand je rentre chez moi [BOILEAU, Sat. VI]
Son mari.... Qui, de chez lui sortant, a tout laissé tranquille, Se trouve assez surpris, rentrant dans la maison, De voir que le portier lui demande son nom [ID., ib. X]
Et vous, rentrez, ma fille ; et du moins à mes lois Obéissez encor pour la dernière fois [RAC., Iphig. IV, 4]
Mon maître en ce moment n'est pas encor rentré [REGNARD, Joueur, I, 2]
Une femme de seize ans rentre à quatre heures du matin [Mme DE PUISIEUX, Ridic. à la mode, p. 192, dans POUGENS]
Au milieu d'un travail avec le roi, chez Mme de Maintenon, il [Louvois] se trouva si mal, qu'il n'eut que le temps de se retirer et de rentrer chez lui [DUCLOS, Œuv. t. V, p. 170]
Poétiquement. Faire rentrer dans la poudre, se dit de Dieu qui renverse les orgueilleux.
Il parle, et dans la poudre il les fait tous rentrer [RAC., Esth. I, 3]
Par exagération, faire rentrer quelqu'un dans la poussière, dans la poudre, le terrifier par des menaces. Fig. et familièrement. Faire rentrer quelqu'un cent pieds sous terre, le couvrir de confusion, le remplir de terreur. On dit de même : faire rentrer en terre.
Ton seul regard la ferait rentrer en terre [J. J. ROUSS., Hél. VI, 2]
Fig. Rentrer dans le néant, cesser d'avoir crédit, puissance.
Rentre dans le néant dont je t'ai fait sortir [RAC., Baj. II, 1]
Fig. et familièrement. C'est le ventre de ma mère, je n'y rentre plus, se dit pour exprimer qu'on n'a pas envie de se rengager en quelque chose. Rentrer dans l'alignement, se remettre sur l'alignement en reculant. Terme de vénerie. Rentrer au fort, se rembucher, en parlant d'une bête.
Il se dit de choses qui s'emboîtent les unes dans les autres. Les différents tuyaux de cette lunette rentrent les uns dans les autres.
Ces sauvages qui se plaisent tant à défigurer la nature en aplatissant, en arrondissant, en allongeant la tête de leurs enfants, auront aussi imaginé de leur faire rentrer le cou dans leurs épaules [BUFF., Hist. nat. hom. Œuv. t. V, p. 200]
Le vieillard, une autre masse informe et sèche, qui rentre en elle-même et tend à se réduire à rien [DIDER., Ess. sur la peint. I]
Fig. et par exagération, les jambes me rentrent dans le corps, je suis excessivement fatigué, à force de marcher, de me tenir debout.
Vous n'êtes pas las de tourner autour de cet immense salon ? pour moi, les jambes me rentrent dans le corps [DIDER., Salon de 1767, Œuv. t. XIV, p. 148, dans POUGENS]
Fig. Revenir à, revenir dans. Il est rentré dans l'armée.
La faute de Cassie et ses terreurs paniques Ont fait rentrer l'État sous des lois tyranniques [CORN., Cinna, II, 2]
Ah ! si jamais je rentre dans la vie.... [LA FONT., Féronde.]
Nous ne saurions trop regretter tant de belles et bonnes choses qui en revenaient [du comtat d'Avignon, à M. de Grignan], pour rentrer dans la sécheresse et l'aridité des revenus [SÉV., 25 sept. 1689]
Avec quel zèle exhortait-il quelques-uns de ses domestiques à rentrer, comme lui, dans le bercail de Jésus-Christ ! [FLÉCH., Duc de Mont.]
Par quel charme, oubliant tant de tourments soufferts, Pouvez-vous consentir à rentrer dans ses fers ? [RAC., Andr. I, 1]
Le sénat et le peuple rentrèrent dans une liberté qui avait été confiée à des tyrans ridicules [MONTESQ., Espr. XI, 15]
Qui d'un mot et d'un coup d'œil faisait rentrer dans l'abaissement du plus profond respect les téméraires qui osaient s'en écarter [VOLT., Zadig, XVIII]
Dans leur origine, les sociétés n'étaient formées que d'un petit nombre de citoyens égaux ; les magistrats et les généraux n'avaient de supériorité que pendant l'exercice de leurs fonctions ; ce temps passé, ils rentraient dans la classe des autres [CONDIL., Traité des syst. ch. 15]
Rentrer dans son sujet, revenir, après une digression, au sujet que l'on traite. Rentrer dans les bonnes grâces de quelqu'un, obtenir de nouveau son amitié, sa bienveillance.
Étant rentré dans les bonnes grâces du czar [VOLT., Russie, I, 19]
Rentrer en grâce, obtenir son pardon.
Quand il s'agit de rentrer en grâce avec le maître de qui dépend tout notre bonheur [BOURDAL., Sévérité de la pénit. 1er avent, p. 222]
Rentrer dans son crédit, en reprendre possession.
Reprends auprès de moi ta place accoutumée, Rentre dans ton crédit et dans ta renommée [CORN., Cinna, V, 3]
Rentrer dans ses droits, dans son bien, les recouvrer.
Le maréchal d'Albret a gagne un procès de quarante mille livres de rente en fonds de terre : il rentre dans tout le bien de ses grands-pères [SÉV., 27 mars 1671]
L'un, plein d'esprit et de feu, dissipait sans éclat les biens immenses où il était rentré [HAMILT., Gramm. VI]
Il fut des citoyens avant qu'il fût des maîtres ; Nous rentrons dans les droits qu'ont perdus nos ancêtres [VOLT., Henr. IV]
Que les bénéficiers rentreront dans leurs bénéfices, les seigneurs dans leurs terres, et que la liberté du commerce serait rétablie [DUCLOS, Œuvr. t. II, p. 326]
Rentrer au trône, remonter sur le trône.
Il ne choisira point de chemin criminel, Quand il voudra rentrer au trône paternel [CORN, Œd. IV, 4]
Rentrer dans son bon sens, revenir à son bon sens. Rentrer dans l'ordre, se remettre, se rétablir dans l'ordre. Il a fait rentrer les mutins dans l'ordre.
Du sultan Amurat je reconnais l'empire ; Sortez ; que le sérail soit désormais fermé, Et que tout rentre ici dans l'ordre accoutumé [RAC., Bajaz. II, 2]
Rentrer dans le devoir, dans son devoir, se ranger à son devoir.
On oublie aisément les fautes des enfants, lorsqu'ils rentrent dans leur devoir [MOL., l'Av. IV, 5]
Pour rentrer au devoir, je change de langage [ID., Mélic. II, 5]
Si je m'égarais, il n'y aurait qu'à me crier rhumatisme, c'est un mot qui me ferait rentrer bien vite dans mon devoir [SÉV., 285]
Ah ! qu'il est malaisé de rentrer dans son devoir quand une fois on en est sorti ! [MARMONTEL, Cont. mor. Heur. div.]
Rentrer en soi-même, faire réflexion sur soi-même, revenir à résipiscence.
Rentre en toi-même, Octave, et cesse de te plaindre ; Quoi ! tu veux qu'on t'épargne, et n'as rien épargné ! [CORN., Cinna, IV, 2]
Quelque accident fait-il que je rentre en moi-même, Je suis Gros-Jean comme devant [LA FONT., Fabl. VII, 10]
C'est un style qui éclaire, et qui vous fait rentrer dans vous-même [SÉV., 592]
Quand on vit que.... le souffle de Luther était trop faible pour abattre cette papauté tant haïe, au lieu de rentrer en soi-même, on se laissa entraîner à des conseils plus violents [BOSSUET, Var. IV, 2]
Les fautes font rentrer l'homme en lui-même [FÉN., Tél. XXII]
Il en fut ému, il rentra en lui-même [LESAGE, Diabl. boit. V]
Chacun a sa chimère ; voilà la mienne [chasser le Turc d'Europe] : après quoi, je rentre en moi-même et suis Gros-Jean comme devant [VOLT., Lett. au roi de Pr. 4 sept. 1773]
L'orateur Démade, quoique chargé de fers, lui dit [après la bataille de Chéronée] : " Philippe, vous jouez le rôle de Thersite, et vous pourriez jouer celui d'Agamemnon. " Ces mots le firent rentrer en lui-même [BARTHÉL., Anach. chap. 82]
Dans ces instants où le cœur pense, Heureux qui peut rentrer en soi ! [BÉRANG., Rossign.]
On dit en un sens analogue : rentrer en son âme, rentrer en son cœur.
Rappelle tous tes sens, rentre bien dans ton âme [MOL., Amph. II, 1]
Pour connaître donc si nous avons reçu l'esprit de Dieu, il n'y a qu'à rentrer dans notre cœur [MASS., Myst. Pentec.]
Retomber dans, en parlant de perplexités, de difficultés. Je rentre dans mes premières incertitudes.
Hélas ! je me consume en impuissants efforts, Et rentre au trouble affreux dont à peine je sors [RAC., Iphig. V, 4]
Nous rentrons dans la première difficulté [J. J. ROUSS., Ém. IV]
Rentrer dans l'âme, reprendre possession de l'âme, en parlant de sentiments.
Ne craignez plus, madame, La générosité déjà rentre en mon âme [CORN., Nicom. V, 8]
Le zèle de vos dieux rentre en votre courage [ID., Poly. V, 2]
Jamais soupçon, ombrage et jalousie Ne rentreront dans mon maudit esprit [LA FONT., Fér.]
La paix ne rentre point dans mon âme abattue [VOLT., Sémiram. I, 5]
Être compris, renfermé. Le second article rentre dans le premier.
[La jalousie] vice honteux qui par son excès rentre toujours dans la vanité et dans la présomption [LA BRUY., XI]
Reprendre, recommencer certaines choses, s'y remettre. Rentrer en fonction. Rentrer en correspondance. Rentrer en fureur, redevenir furieux. Fig. et familièrement. Rentrer en danse, rentrer dans une affaire, dans un embarras dont on était sorti. Absolument, en parlant des travaux que reprennent des tribunaux et des colléges, etc. Les tribunaux, les colléges rentrent à telle époque. Terme de théâtre. Reprendre son service après une absence, en parlant d'un acteur. Il rentre ce soir par le rôle d'Oreste.
En parlant de sommes d'argent, être perçu, recouvré, touché. Avant de compter le profit, il faut que les frais rentrent.
10° Être répercuté, en parlant d'humeurs, d'éruptions, etc. Prenez garde de laisser rentrer cette humeur.
11° S'enfoncer, en parlant d'une superficie qui empiète sur une autre.
Du cap des Trois Pointes au cap Palmas, l'océan rentre un peu dans les terres [BUFF., Hist nat. Preuv. théor. terre, Œuv. t. II, p. 135]
12° Terme de jeu. Il se dit des cartes que l'on prend au talon. Il m'est rentré un vilain jeu. Rentrer dans une couleur, reprendre la main et rejouer d'une couleur. Au trictrac, rentrer en bredouille, se dit quand l'un des joueurs, ayant été débredouillé, fait un grand coup qui lui donne l'avantage de marquer trois et même cinq trous à la fois.
13° En musique, faire une rentrée. Les ténors n'ont pas rentré à temps. Les flûtes ont bien rentré.
14° Terme de gravure en taille-douce. Retoucher ou fortifier les hachures.
15° V. a. Porter dedans ce qui était dehors. Rentrer des marchandises dans le magasin. Rentrez ces fauteuils dans l'appartement. Terme d'imprimerie. Rentrer ou faire rentrer une ligne, la renfoncer.

REMARQUE

  • Rentrer, v. n. se conjugue avec l'auxiliaire être quand on veut marquer l'état ; et avec l'auxiliaire avoir, quand on veut marquer l'action :
    Si j'ai rentré dans Rome avec quelque imprudence [CORN., Tite et Bérén. V, 4]
    ;
    Et j'ai, pour vous trouver, rentré par l'autre porte [MOL., Fâch. I, 8]
    Voy. ENTRER, à la remarque. Cependant la conjugaison avec l'auxiliaire avoir est peu usitée, et l'usage confond les deux emplois.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    L'eve ist [l'eau sort] de la citet, si s'en vait par les plaines, Rentre enz en son canal ; ses rives en sont plaines [, Charlemagne, V. 792]
  • XIIIe s.
    Puis rentrerent en leur vessiaux, et coururent par mer [VILLEH., LX]
    Oïl, par la lance saint Jaque, mauvais traitres, jamais en campaigne ne renterrés, ne vous, ne vostre oir [, Chr. de Rains, p. 45]
  • XVe s.
    Je notay son habillement, Son maintient, son gouvernement, Qui merveilleusement rentroit [était séant] [, le Blason des faulces amours, p. 292, dans LACURNE]
  • XVIe s.
    R'entrer en soy pour raisonner [des préjugés] [MONT., I, 116]
    Cette maladie le fit rentrer en lui-mesme, et apporta un notable changement dans ses mœurs [D'AUB., Vie, XX]
    Le Duc estant r'entré en ses biens, par la paix generalle [ID., Hist. I. 68]
    Et quoy, veux-je rentrer en un nouveau servage ? [RONS., 788]

ÉTYMOLOGIE

  • Re..., et entrer.

RENTRER2

(ran-tré) v. a.
Corruption de rentraire (voy. ce mot).

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    RENTRER. Ajoutez :
    16° Se resserrer, en parlant d'une étoffe.
    Nous serions obligés de renoncer à cet article [flanelles communes], qui cependant devra prendre place dans la consommation, parce que c'est une étoffe qui ne rentre pas [, Enquête, Traité de comm. avec l'Anglet. t. III, p. 422]

rentrer

RENTRER. v. intr. Entrer de nouveau, entrer après être sorti, revenir à. Rentrer dans sa maison, dans sa chambre, dans la ville. Rentrer chez soi. Il ne fut pas plus tôt sorti qu'on le vit rentrer. Il est rentré dans l'armée. Après une courte digression, il rentra dans son sujet. Absolument, C'est l'heure de rentrer.

Fig., Rentrer dans son bien, dans ses droits, Les recouvrer.

Fig., Rentrer dans ses débours, Recouvrer les sommes que l'on a dépensées.

Fig., Rentrer dans son bon sens, Revenir à son bon sens.

Fig., Rentrer dans les bonnes grâces de quel qu'un, Obtenir de nouveau les bonnes grâces de quelqu'un. On dit dans un sens analogue : Rentrer en grâce auprès de quelqu'un.

Fig., Rentrer en charge, en jonction, Reprendre sa charge, sa fonction. On dit de même : Rentrer dans le service; rentrer en condition; rentrer en commerce de lettres, en correspondance.

Fig. et fam., Rentrer en danse, S'engager de nouveau dans une affaire, dans une intrigue dont on était sorti.

Fig., Rentrer dans l'ordre, Se remettre, se rétablir dans l'ordre. Il a fait rentrer ces mutins dans l'ordre. Tout est rentré dans l'ordre. On dit de même : Rentrer dans son devoir, dans le devoir, Se remettre, se ranger à son devoir. Les paroles, qu'on lui a adressées ont suffi à le faire rentrer dans le devoir.

Fig., Rentrer en soi-même, Faire réflexion sur soi-même.

Fig. et fam., Faire rentrer quelqu'un sous terre, Accabler quelqu'un, le confondre.

RENTRER se dit aussi des Choses qui s'emboîtent, qui s'enfoncent les unes dans les autres. Les tubes de cette lunette d'approche rentrent les uns dans les autres.

Fig. et par exagération, Le cou lui rentre dans les épaules, Son cou s'enfonce entre ses épaules.

Fig., Les jambes me rentrent dans le corps, Je suis très fatigué. Il est familier.

RENTRER signifie, au figuré, Être contenu, renfermé. Le second article de la loi rentre dans le premier.

Il se dit absolument des Tribunaux qui reprennent leurs fonctions, des collèges qui recommencent leurs exercices, etc., après les vacations, après les vacances. Les tribunaux, les collèges rentrent à telle époque.

Il se dit aussi d'un Acteur qui, après une absence, reparaît sur la scène. Ce comédien rentre ce soir dans le rôle d'Oreste.

En parlant des Revenus, des sommes à recouvrer, il signifie Arriver, être touché, être perçu. Ce revenu a peine à rentrer. Il doit lui rentrer des fonds dans quelques jours.

Il se dit familièrement des Humeurs dont on arrête l'épanchement au-dehors. Un charlatan lui a fait rentrer ses dartres.

En termes de Gravure, il signifie Repasser la pointe ou le burin dans les tailles déjà faites, pour les approfondir.

En termes de jeux de Cartes, il se dit des Cartes que l'on prend au talon à la place de celles qu'on a écartées. Il m'est rentré deux as, deux atouts.

RENTRER est aussi verbe transitif et signifie Porter ou reporter dedans, ramener dedans ce qui était dehors. Rentrer des marchandises dans le magasin. Rentrer des pots de fleurs, des orangers. Voici le moment de rentrer les foins. C'est l'heure de rentrer les bestiaux. Je vais rentrer les enfants.

En termes d'Imprimerie, Rentrer, faire rentrer une ligne, La renfoncer.

Le participe passé RENTRÉ s'emploie adjectivement. Dartre rentrée. Rougeole rentrée.

Par analogie, Une colère rentrée, Une colère que l'on a refoulée en soi-même.

rentrer

Rentrer, Rursus intrare.

Rentrer en mesme bourbier, In eodem haesitare luto.

Rentrer ou se remettre en possession perdue par quelque laps de temps, Ius antiquum vsurpare, B.

Synonymes et Contraires

rentrer

verbe intransitif rentrer
1.  S'avancer à l'intérieur.
2.  Aller de nouveau quelque part.
3.  Revenir dans une situation.

rentrer

Traductions

rentrer

(ʀɑ̃tʀe)
verbe intransitif avec l'aux. être
1. venir de nouveau dans un lieu rentrer dans la maison
2. revenir chez soi rentrer à la maison Il est tard, je vais rentrer. Ils sont rentrés de l'école.
3. aller dans un lieu, dans qqch rentrer dans la pièce Cela ne rentre pas dans mon sac.
4. venir toucher qqch avec violence La voiture est rentrée dans le mur.
5. être de nouveau normal Tout est rentré dans l'ordre.

rentrer

huiswaartskeren, teruggaannaarhuis, terugnaarhuisgaan, (weer) naar binnen gaan, binnenhalen, verbergen, weer beginnen, binnenkomen, inhalen, inhouden, huiswaarts keren, terug naar huis gaan, teruggaan naar huisre-enter, gather inשב (פ'), שָׁבrehejmeniririncasare, riaprirsi, rientrare, tornareZurückвръщане返回กลับ
verbe transitif avec l'aux. avoir
mettre dans qqch, à l'intérieur rentrer la voiture au garage Le chat a rentré ses griffes.

rentrer

[ʀɑ̃tʀe]
vi
(= revenir chez soi) → to come home (= partir pour aller chez soi) → to go home (= arriver chez soi) → to get home
Elle n'est pas encore rentrée → She isn't home yet., She hasn't come home yet.
Je suis rentré à sept heures hier soir → I got home at 7 o'clock last night.
Il faut que je rentre chez moi → I've got to go home.
(= entrer) → to go in, to come in
Rentre, tu vas prendre froid → Come in, you'll catch cold.
rentrer dans → to go into, to come into
Elle est rentrée dans le magasin → She went into the shop.
(= entrer à nouveau) → to go back in, to come back in
rentrer dans (une pièce, immeuble) → to go back into → to come back into; (parmi les siens) → to go back to, to return to
rentrer dans l'ordre → to get back to normal
(= pénétrer) [air, clou] → to go in
[revenu, argent] → to come in
L'argent rentrait à flots → The money was pouring in.
rentrer dans (un arbre) → to crash into
Sa voiture est rentrée dans un arbre → He crashed into a tree.; (une catégorie) → to fall into
rentrer dans ses frais → to recover one's costs
vt
[+ linge] → to bring in; [+ véhicule] → to put away
Tu as rentré la voiture? → Have you put the car away?
[+ chemise] → to tuck in
[+ griffes] → to draw in
[+ train d'atterrissage] → to raise
(fig) [+ larmes, colère] → to hold back
(autre locution) rentrer le ventre → to pull in one's stomach