renvoyé, ée

RENVOYÉ, ÉE

(ran-vo-ié, iée) part. passé de renvoyer
Envoyé de nouveau. Le messager, revenu, puis renvoyé.
Congédié.
Je dirai que de lui [un valet] je m'étais défié, Que c'était un coquin, et qu'il est renvoyé [GRESSET, le Méch. II, 2]
Remis à un autre temps.
Le bal du mardi gras pensa être renvoyé [SÉV., 18]
La décision de cette affaire est renvoyée, elle est remise à un autre temps.
Déchargé d'une accusation.
Phryné est accusée d'impiété devant l'aréopage ; l'orateur la voit convaincue ; il arrache son voile, et dit aux vieillards : Eh bien ! faites donc périr tant de beautés ; Phryné est renvoyée [MARMONTEL, Œuv. t. IX, p. 311]