répit

(Mot repris de repit)

répit

n.m. [ du lat. respectus, regard en arrière, de respicere, regarder en arrière ]
1. Arrêt momentané de qqch de pénible : Ses douleurs ne lui accordent aucun répit rémission, trêve
2. Interruption dans une occupation absorbante ou contraignante : Laisse-moi quelques instants de répit ! 1. relâche [litt.], repos
Sans répit,
sans arrêt ; sans cesse : La pluie tombe sans répit continuellement

RÉPIT

(ré-pi ; le t ne se prononce pas et ne se lie pas ; au pluriel, l's se lie : des ré-pi-z agréables ; Palsgrave, p. 23, dit que respit est prononcé sans s) s. m.
Relâche, délai, surséance. Ce créancier ne donne aucun répit à son débiteur. Mes douleurs ne me laissent pas un instant de répit.
Selon ces calculs, l'empire papal devrait être tombé en 1620 ou 1653 ; or il est encore, et il a quelque répit [BOSSUET, Var. XIII, 29]
Prenant les deux lieues qui me restaient à faire pour un répit, je me réjouis de ce qui m'eût désolé dans un autre temps [J. J. ROUSS., Hél. IV, 6]
Lettres de répit, ou, simplement, répit, lettres que le roi accordait quelquefois à un débiteur pour suspendre les poursuites des créanciers. On fit casser ses lettres de répit, son répit. En matière féodale, souffrance donnée au vassal par le seigneur pour lui rendre foi et hommage, ou pour remplir d'autres devoirs.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    De part le rei li unt icel respit duné [, Th. le mart. 35]
    Si enveeiad à lui Nathan le prophete, e li dist cest respit [ce dire] : Dous humes furent en une cited.... [, Rois, p. 158]
    E il [Salomon] fist livres treis milie de respiz e de sages diz [, ib. 241]
  • XIIIe s.
    Et il les menoit de respit en respit, et leur faisoit d'eures en autres petis paiemens et povres [VILLEH., XCII]
    Et li dus lors respondi, que il lor requeroit respit jusques au quart jour [ID., XI]
    Quant ele s'oï escondire, Si en ot tel duel [deuil] et tel ire [colère], Et la tint en si grant despit, Que morte en fu sans lonc respit [, la Rose, 1463]
    Que li vilains le dist en ses respiz : Li fiz au chat doit prendre la souriz [, Agolant, p. 170]
  • XIVe s.
    Renonce à toutes graces, indulgences et respiz données ou à donner [DU CANGE, apostolicus.]
    Ainsi, com je vous di, lor fu donnez respiz [, Guesclin. 5753]
    Quar cent sols ou cent mars vault un jour de respit [, Girart de Ross. V. 1829]
  • XVIe s.
    Ce fut un grand respit pour les affaires du roy de Perse [AMYOT, Cimon, 35]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. respieg, respiech, respieit, respeit ; catal. respecte ; espagn. respecto ; portug. respeito ; ital. rispetto ; du lat. respectus, de respicere, regarder en arrière, de re, et specere, voir (voy. SPECTACLE). L'ancienne langue avait le verbe respiter, donner un répit. On remarquera un des sens anciens de respit : proverbe, dicton.

répit

RÉPIT. n. m. Relâche, délai, action de surseoir. Je le poursuivrai incessamment et ne lui donnerai point de répit. Je lui ai donné un répit d'un mois. Ce créancier n'a jamais donné de répit à ses débiteurs. Il travaille sans répit. Ne me pressez pas tant; un peu de répit, s'il vous plaît. Fig., Il éprouve des douleurs continuelles qui ne lui laissent pas un instant de répit.
Synonymes et Contraires

répit

nom masculin répit
Traductions

répit

respite, graceהפוגה (נ), רווחה (נ), רְוָחָה, הֲפוּגָהrespijt, onderbreking, rust, uitstelrequie, respiro (ʀepi)
nom masculin
arrêt, repos avoir un moment de répit
sans arrêt travailler sans répit

répit

[ʀepi] nmrespite
sans répit → without letting up