répondant

(Mot repris de repondant)

répondant, e

n.
Personne qui se porte garante de qqn : Servir de répondant à qqn caution

répondant

n.m.
Avoir du répondant,
Fam. présenter de sérieuses garanties financières ; avoir le sens de la repartie.

répondant

(ʀepɔ̃dɑ̃)
nom masculin
a. avoir le sens de la répartie, être capable de répondre rapidement et avec pertinence Cette fille a du répondant, elle ne se laisse pas faire !
b. avoir de l'argent disponible, des garanties financières Cet acheteur a du répondant.

RÉPONDANT

(ré-pon-dan) s. m.
Celui qui subit un examen, qui soutient une thèse.
La prédilection du répondant [pour une certaine opinion] ne s'y fit sentir [dans la thèse] que par la force des raisons qui la justifiaient [MAIRAN, Éloges, Polignac.]
Celui qui répond la messe.
Celui qui se rend caution pour quelqu'un.
Et je n'aurai que faire de répondant.... [BALZ., liv. VI, lett. 8]
Vous aurez un trésor dans ce garçon-là ; je suis son répondant [LESAGE, Estev. Gonz. 6]
Mon enfant, me dit-elle, j'aperçois une sincérité dans ce que vous me dites, qui doit vous tenir lieu de répondant [MARIV., Pays. parv. 1re part.]
Ironiquement. Voilà un bon répondant.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Il ne le nous vouloit baillier, S'on respondant ne li bailloit, à cui il penre s'en pourroit [, Saint Graal, V. 1856]
  • XIVe s.
    Vous serez bien assouz, de ce ne sui doutans, Mais de l'argent baillier ne sui point respondans [, Guesclin. 7570]
  • XVIe s.
    Si respondant voulez, je le veux bien, Mon cœur respond et se met en ostaige [MAROT, VI, 267]
    Ce sont pour moi mauvais respondants que magiciens [MONT., I, 102]
    Ce qui rend un ami asseuré de l'aultre, c'est la cognoissance qu'il a de son integrité ; les respondants qu'il en a, c'est son bon naturel, la fov et la constance [LA BOÉTIE, Servit. vol.]

ÉTYMOLOGIE

  • Répondre

répondant

RÉPONDANT, ANTE. n. Celui, celle qui répond. Il s'est dit spécialement de Celui qui subit un examen public, qui soutient une thèse. Le président et le répondant. Ce répondant a fort bien soutenu son examen, sa thèse.

Il désigne aussi Celui qui répond la messe.

Il désigne encore Celui qui se rend caution, garant pour quelqu'un. Se rendre caution et répondant pour quelqu'un. Je vous servirai volontiers de répondant. Je serai votre répondant. Ce domestique a de bons répondants. Fam. et ironiquement, Voilà un bon répondant!

répondant


RÉPONDANT, s. m. RÉPONDRE, v. act. et neut. RÉPONS, s. m. RÉPONSE, s. fém. [1re é fer. 2e lon. 3e e muet au 2d et au dern.] Répondre; je réponds, tu réponds (ou répons, Acad.) il répond; nous répondons, etc. je répondois ou répondais; je répondis, j'ai répondu; je répondrai; je répondrois ou répondrais;réponds (ou répons) que je réponde, je répondisse;répondant, répondu. = 1°. Repartir à quelqu'un sur ce qu' il a dit, ou demandé. Il est actif et neutre. "Il ne lui répondit rien. "Il ne me répondit que deux mots. "Je vous ai déjà répondu que vous aviez tort. "Répondre à propôs, sur le champ, pertinemment, précisément, etc. = Répliquer. Je ne veux point d'un valet qui répond. = Répéter. "L'écho répond. = Se répondre. "Deux choeurs de Musique se répondent; chantent alternativement. = 2°. Écrire à quelqu'un de qui l'on a reçu une lettre. "J'ai répondu à toutes les lettres que j'ai reçues. "Il n'a pas daigné me répondre. Et sans régime. "On a beau lui écrire: il ne répond point. = 3°. Parler à ceux qui apèlent, ou qui frapent à la porte. "On vous apèle, que ne répondez-vous? "Je frape à la porte depuis long-tems; persone ne répond. = 4°. Réfuter. "Cet Avocat n'a point encore répondu au plaidoyer, au Mémoire de la partie adverse. "Il n' est pas aisé de répondre à de si fortes objections. = Et sans régime, soutenir des thèses. "Répondre en Théologie, etc. "Ce récipiendaire a bien répondu. = 5°. Avoir raport, proportion, conformité. "Le second point de ce discours ne répond point au premier. "L' aîle droite de ce bâtiment ne répond point à l'aûtre aîle; ou comunication; il s'est blessé au coude, et la douleur lui répond au poignet. "Le bruit répond (s'étend) en tel endroit. = 6°. Aboutir. "Ces alées répondent au grand bassin: ce chemin répond dans la forêt. = 7°. Faire réciproquement de son côté ce qu'on doit. Répondre aux politesses, aux amitiés qu'on nous fait.
   Mon coeur à vos mépris répond par des homages.
       Crébillon.
Répondre aux espérances qu'on a conçûes. "Il a mal répondu à l'atente publique. — Il se dit, en ce sens, des chôses mêmes. Tout répond à nos voeux, à nos desirs. = 8°. Être caution, pour ou de: "Répondre pour quelqu' un. "J'en réponds. "Me répondez-vous de cet homme là? Il ne faut répondre de rien. Ou s'assurer.
   Il n'est donc point de coeur dont on puisse répondre.
       La Chaussée.
Répondu, ûe, placet répondu, requête répondûe. Il ne se dit qu'au Palais, où l'on dit activement répondre une requête, un placet. * Dans le Dict. Néol. on critique un Auteur, pour avoir dit: Les dificultés y sont répondûes avec force. Il faut se servir du neutre, et dire: on y répond avec force aux dificultés. * Quelques-uns disent mal-à-propôs, répondre une lettre: il faut dire, répondre à une lettre.
   Répondre ne régit point l'infinitif, mais la conjonction que et l'indicatif. "Les filles, dit Regnard,
   Répondent souvent
   N'aimer d'autre parti que celui du Couvent.
Il faut dire, même en vers, répondent qu'elles n'aiment.
   RÉPONDANT ne se dit que dans les sens marqués au n°. 4°. et 8°. Celui qui subit un examen public, qui soutient une thèse. "Le répondant a fort bien fait. = Celui qui se rend caution. "J'ai un bon répondant. = On le dit sur-tout de celui qui se rend garant pour un domestique envers son maître. "Ce valet, ce comis a de bons répondans. = Répondant, ante, adj. verb. Qui répond à. N°. 5°. "Plateforme répondante à l'ouverture supérieure. Le P. Sicard. Trév. le met, l' Acad. ne le met pas.
   RÉPONS est un terme de Bréviaire. Paroles qui sont à la fin des Leçons et des Chapitres, que l'on dit, en se répondant.
   RÉPONSE est 1°. Ce qu' on répond. "Bone ou mauvaise réponse: "Cette réponse ne satisfait pas. Faire, doner réponse. = Au Palais, fournir des réponses à une somation, à un exploit. "Les réponses d'un homme qu'on interroge. = Réponse, réplique, repartie (synon.) La réponse se fait à une demande ou à une question: la réplique se fait à une réponse ou à une remontrance: la repartie se fait à une raillerie, ou à un discours ofensant. "La réponse doit être claire et juste: la réplique doit être forte et convaincante: la repartie doit être vive et prompte. GIR. Synon. = 2°. Réfutation. "Il a fait une réponse au~ livre qu'on a fait contre lui, qui couvre de honte son adversaire. = 3°. Lettre qu'on écrit pour répondre à une autre lettre. "J'atends votre réponse: j'ai reçu sa réponse. "Écrire en réponse. Faire réponse.
   Rem. On dit, faire réponse, rendre réponse, doner réponse, sans article; mais cela ne s'étend point à toute sorte de verbes, et je ne crois pas qu'on puisse dire par analogie, procurer réponse. "Il redemanda la lettre, et promit de la faire tenir et de procurer réponse le plutôt qu'il se pourrait. Voy. d'Ans. Je pense qu'il falait dire, d'en procurer la réponse, ou de procurer une réponse.

Traductions

répondant

משיב (ז), ערב (ז), עָרֵב

répondant

borg [persoon], gijzelaar, misdienaar

répondant

guarantor

répondant

[ʀepɔ̃dɑ̃, ɑ̃t]
nm
avoir du répondant (= avoir de la répartie) → to have a talent for repartee (= être solide financièrement) → to have money behind one
nm/f (= garant) → guarantor, surety