repoussé, ée

REPOUSSÉ, ÉE

(re-pou-sé, sée) part. passé de repousser
Poussé de nouveau, poussé en arrière.
De minces feuillets d'or, Tout à coup animés [par l'électricité], semblent prendre l'essor, Attirés, repoussés, s'approchent, se retirent [DELILLE, Trois règnes, I]
Fig. Rejeté, écarté.
Me voilà repoussé par ma destinée dans ce Paris d'où j'avais eu tant de plaisir à m'éloigner [MARMONTEL, Mém. V]
Fig. Qui ne trouve pas accueil.
Je parlai l'autre jour de lui [M. Trouvé] à notre comtesse de Fiesque.... mais je me trouvai repoussée dans toutes mes approbations [SÉV., 20 avril 1683]
Terme de commerce. Laines repoussées, se dit des jeunes laines maigres et élancées qui poussent sous la vieille avant qu'elle soit tondue.
S. m. Travail de repoussé, œuvre en relief, exécutée à coups de marteau dans une plaque de métal posée sur un mastic élastique.