reprochable

(Mot repris de reprochables)

REPROCHABLE

(re-pro-cha-bl') adj.
Qui mérite des reproches.
Un zèle désavoué par une conduite reprochable, est un jeu de théâtre, [MASS., Confér. Zèle contre les scandales]
Terme de procédure. Récusable, en parlant soit des témoins, soit des témoignages. Témoins, témoignages reprochables. Par extension.
Pour ne point hasarder de citer une objection pour une réponse, ce qui aurait été reprochable et injuste [PASC., Pens. Mots, éd. Faug.]

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Il luy eust esté reprochable d'empescher le bien et l'avancement d'un prince de son sang [CARL., I, 30]
    Il nettoya son ame des vices et passions que tout le monde estime reprochables [AMYOT, Numa, 6]
    Estat, mestier reprochable [ID., Solon, 4]
    Il n'est aulcune si juste volupté en laquelle l'excez et l'intemperance ne nous soit reprochable [MONT., I, 227]

ÉTYMOLOGIE

  • Reprocher.

reprochable

REPROCHABLE. adj. des deux genres. Qui mérite reproche. Action reprochable. Ce n'est pas là une faute reprochable.

reprochable

Tu estimes la vie rustique estre reprochable, Vitam rusticam probro et crimini putas esse oportere.

reprochable


REPROCHABLE, adj. REPROCHE, s. m. REPROCHER, v. act. [1re e muet; 3e dout. au 1er, e muet au 2d, é fer. au 3e.] Reproche est ce qu'on objecte à une persone pour lui faire honte. Reprocher, faire des reproches. "Il lui a reproché ses défauts, ses faûtes; il lui en a fait reproche, ou, des reproches.
   De reproches sans nombre accablez-moi sans crainte:
   Les plus sanglans de tous sont ceux que je me fais.
       La Chaussée.
= Ils sont quelquefois suivis de la prép. de et de l' infinitif. "Pouvez-vous me faire le reproche, ou me reprocher de vous avoir abandoné dans votre infortune?
   Ne vous attirez point le reproche honteux
   D'avoir pu mériter d'être si malheureux.
       Crébillon.
On dit, adverbialement, sans reproche, et on le dit en reprochant. "Dieu sait, sans reproche, combien de fois je lui ai sacrifié ma volonté. Mariv. = Homme, vie sans reproche. Là, reproche, a le sens passif: à qui l'on ne peut rien reprocher: "Cette exactitude à ne confier les bénéfices auxquels il devoit pourvoir, qu'à des hommes choisis et sans reproche BOURDAL. Or. Fun. du Grand Condé. = On dit, reprocher un plaisir, un bienfait, les remettre devant les yeux à celui qui les a reçus, comme l'acusant de les avoir oubliés. C'est, en quelque sorte, décharger de la reconaissance~ que de reprocher les bienfaits.
   Un bienfait reproché tint toujours lieu d'ofense.
       Iphigénie.
= En st. famil. Reprocher les morceaux à quelqu'un; c'est lui faire sentir qu'il mange beaucoup, et paraître y avoir regret. = En termes de procédûre, reproches sont les raisons que l'on produit pour récuser des témoins; et reprocher, fournir des reproches contre.
   REPROCHABLE, digne de reproche, d' être reproché. Action reprochable: "Espèce d' afectation bien plus reprochable; la déclamation, l'enflure, le faux sublime. L'Abé Trublet. Il est peu usité en ce sens. = Son plus grand usage est au Palais; en parlant des témoins. "Ce témoin, ce témoignage est reprochable~.