ressentiment

Recherches associées à ressentiment: ressentir

ressentiment

[ rəsɑ̃timɑ̃] n.m.
Souvenir que l'on garde d'une injustice que l'on a subie, accompagné du désir latent de s'en venger : Il éprouve du ressentiment envers toi amertume, rancune, rancœur

RESSENTIMENT

(re-san-ti-man) s. m.
Action de ressentir.
Ils [les hommes] ont un instinct secret qui les porte à chercher le divertissement et l'occupation au dehors, qui vient du ressentiment de leurs misères continuelles [PASC., Pens. IV, 2, éd. HAVET.]
Particulièrement. Faible renouvellement d'un mal, d'une douleur.
Je vous ai dit la vérité quand je vous ai assurée que je n'avais eu aucun ressentiment de néphrétique [SÉV., 421]
Ces ressentiments de folie sont sans conséquence [VAUVENARGUES, Justesse.]
Il se dit, dans un sens analogue, de souffrances morales.
Ce n'est pas que je souhaite que vous soyez sans ressentiment [de la mort de Pascal le père] ; le coup est trop sensible [PASC., Lett. à Mme Périer, 17 oct. 1651]
Solon fut touché d'un ressentiment [douleur de la mort de son fils] si vif et si cuisant qu'il commença à déchirer ses habits [FÉN., Solon.]
Souvenir d'une action morale dont nous avons été l'objet.
Dieux, garants de la foi que Jason m'a donnée.... S'il me peut aujourd'hui chasser impunément, Vous êtes sans pouvoir ou sans ressentiment [CORN., Médée, I, 4]
Autrefois, sentiment de reconnaissance, souvenir reconnaissant (ce sens a vieilli, mais, bien placé, il pourrait encore être employé).
Un acte par lequel je pusse témoigner à tout le monde et la grâce que vous m'avez faite, et le ressentiment avec lequel je l'ai reçue [VOIT., Lett. 174]
Je me trouve bien embarrassé dans la pensée que j'ai, que, si je ne remercie pas M. le procureur général autant que mon ressentiment me le conseille, il ne me soupçonne de n'en avoir guère ; et, si je le remercie autant que j'en ai envie, qu'il ne croie que j'ai l'âme fort intéressée [SCARR., Lett. Œuv. t. I, p. 243, dans POUGENS]
Madame, je viens.... vous témoigner avec mes transports le ressentiment où je suis des bontés surprenantes.... [MOL., Pr. d'Él. IV, 4]
L'honneur imprévu de votre présence [le maréchal Schomberg] est pour moi une rencontre si favorable, que je ne puis vous en dissimuler mon ressentiment [BOSSUET, Panég. St. Gorgon, Préamb.]
Tandis qu'autour de moi votre cour assemblée Retentit des bienfaits dont vous m'avez comblée, Est-il juste, seigneur, que seule, en ce moment, Je demeure sans voix et sans ressentiment ? [RAC., Bér. II, 4]
Gardant du bienfait seul le doux ressentiment [DELILLE, Trois règn. VIII]
Aujourd'hui, souvenir d'une injure avec désir de s'en venger.
Ils ne montrèrent aucun ressentiment de la mort de leurs compagnons [VAUGEL., Q. C. X, 1]
Noirs enfants du dépit, ennemis de ma gloire, Tristes ressentiments, je ne veux plus vous croire [CORN., Sertor. III, 4]
Elle a toujours sacrifié ses ressentiments, et n'a jamais voulu nuire, non pas même à ceux qu'elle pouvait croire ses ennemis, ou, pour mieux dire, ses envieux [FLÉCH., Duch. de Montaus.]
Tandis.... Que vos ressentiments se perdront en discours, Il n'en faut point douter, vous vous plaindrez toujours [RAC., Brit. I, 4]
Il [Phalante] conservait un ressentiment de tout ce qui s'était passé entre Télémaque et Hippias [FÉN., Tél. XVII]
Ressentiment n'est plus employé que pour exprimer le souvenir des outrages, et non celui des bienfaits [D'OLIVET, Rem. Rac. § 19]
Un injure blesse, et le ressentiment est la blessure même [VOLT., Comm. Corn. Rem. Rod I, 7]

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    [Gallion s'amusait en exil] ils le rappelerent pour accommoder leur punition à son ressentiment [MONT., I, 228]
    Ce ressentiment bien vif qui est naturellement en moi [de la poésie] [ID., I, 266]
    Offenser un homme sans sentiment [mort] plus tost que d'encourir le hazard de son ressentiment [ID., III, 112]

ÉTYMOLOGIE

  • Voy. RESSENTIR.

ressentiment

RESSENTIMENT. n. m. Faible atteinte, faible renouvellement d'un mal qu'on a eu, d'une douleur qu'on a ressentie. Il n'est pas encore délivré de sa fièvre, il en a quelques ressentiments. Il vient d'avoir encore un léger ressentiment de sa goutte. Il vieillit en ce sens.

Il désigne figurément le Souvenir qu'on garde des injures, avec désir de s'en venger. Il conserve un vif ressentiment de l'offense qu'il a reçue. Son ressentiment éclatera quelque jour. En le voyant, il ne put cacher, dissimuler son ressentiment. Il a étouffé son ressentiment. Je vous sacrifie tous mes ressentiments. Modérez votre ressentiment.

ressentiment


RESSENTIMENT, s. m. RESSENTIR, v. act. [Re-santiman, ti: 1re e muet, 2e lon.] Ressentir a le même sens que sentir, mais un sens plus fort. Il ne se dit que de la douleur et de la joie. "Il a ressenti de furieûses douleurs de colique. "J'ai ressenti un grand plaisir, une vive joie de votre retour. = Ressentir vivement la perte d'un ami, une injûre, les obligations qu'on a, etc.
   Ce qu'on ne ressent point, ne s'imagine pas.
       La Chaussée.
sentir aurait été plus propre; ce qu'on ne sent point: mais il aurait manqué une syllabe. = Se ressentir signifie aussi, avoir du ressentiment de, etc. "Les Anglais prirent et pillèrent Surate, sans que la Cour, aussi imbécile que pompeuse du Grand-Mogol, parut se ressentir de cet outrage. Volt. Voy. plus bâs Rem. I. = Se ressentir, c'est sentir quelque reste d'un mal qu'on a eu. "Il se ressent encôre des accês de fièvre qu'il a eu si longtemps. "Il se ressentira toute sa vie des débauches de sa jeunesse. "Ce peuple se ressent encôre des horreurs d'une si longue guerre~. "Cet homme se ressent de la mauvaise éducation qu'on lui a donée. "Cette lettre se ressent du mouvement et de l'embarras du voyage. Cic. à Atticus. MONGAULT.
   Rem. Ressentir ne régit point les verbes. On ne dirait pas aujourd'hui d'aprês Bossuet: "On voit comment ils ressentoient qu'il faut s'unir au corps de l' Église. On dirait, ils sentoient que, etc.
   RESSENTIMENT, est 1°. faible renouvellement d'un mal, d'une douleur. "Il a encôre un léger ressentiment de sa colique, de sa goutte: il en a quelques ressentimens. = 2°. Souvenir des injûres, et desir de vengeance. "Il en a fait paraitre un vif ressentiment. "Son ressentiment a éclaté. = 3°. Il s'est dit aûtrefois pour reconaissance. "Pour vous marquer le ressentiment que j'ai de votre générosité. Mde Dacier.
   La fortune, dit-il, à tes voeux asservie,
   Pour tout ressentiment de ses dons éclatans,
   T'en veut voir seulement accepter de plus grands.
       Brebeuf.
L'Acad. dans la dern. édit. définit Ressentiment, souvenir qu'on garde des bienfaits ou des injûres, et elle done cet exemple. "J'ai tout le ressentiment que je dois des services, que vous m'avez rendus. Mais elle ajoute plus bâs qu'il ne se dit guère qu'en parlant des injûres. = Racine l'emploie dans le sens de sentiment, au propre.
   Je demeure sans voix et sans ressentiment.
       Bérénice.
"Ce mot Ressentiment, dit Voltaire, dans son comentaire sur le Théâtre du grand Corneille, est le seul employé par Racine, qui ait été hors d'usage depuis lui. Ressentiment n'est plus employé que pour exprimer le souvenir des outrages, et non celui des bienfaits.
   Rem. 1°. Ressentir, se ressentir (Synon.) Quoique ces deux mots paraissent semblables, ils ne le sont pourtant pas tout-à-fait. Ressentir se prend en bone et en mauvaise~ part. On dit: je ressens le plaisir qu'il m'a fait, l'injûre qu'il m'a faite. Se ressentir ne se prend qu'en mauvaise part. On ne dit pas, je me ressens du plaisir qu'il m'a fait: on dit seulement, je me ressens, ou, je me ressentirai de l'injustice qu'il m'a faite. = Ressentir marque plus le tems présent. On dit à une persone, dont on reçoit un plaisir: je ressens, comme je dois, le plaisir que vous me faites. Se ressentir n'est pas si ataché au tems présent. "Il m'a fait aûtrefois un déplaisir: je m'en ressens encôre. = Je ressens ne signifie guère qu'un mouvement qui pâsse: je m'en ressens signifie quelque chôse de plus établi dans le coeur. = On dit, dans le sens oposé: il m'a fait un mauvais tour, mais il s'en ressentira; il en sera puni; je m'en vengerai. = Doner ses ressentimens à quelqu'un, pour dire, les lui sacrifier, est un latinisme, employé par des Historiens français du Peuple Romain. Voy. DONER Rem. n°. 3°. — L'Acad. dit sacrifier; et M. l'Ab. de Mongault dans la Traduction des lettres de Cicéron à Atticus.

Synonymes et Contraires

ressentiment

nom masculin ressentiment
Traductions

ressentiment

resentment, resentfulness, piqueהתמרמרות (נ), מרירות (נ), משקע (ז), נטרה (נ), נקמנות (נ), נַקְמָנוּת, מִשְׁקָעverbittering, wrokRessentimentrisentimento분노förbittring (ʀəsɑ̃timɑ̃)
nom masculin
souvenir d'une chose désagréable avoir du ressentiment pour qqn

ressentiment

[ʀ(ə)sɑ̃timɑ̃] nmresentment