rets

rets

[ ] n.m. [ lat. retis, var. de rete, filet ] Litt.
1. Filet pour la chasse.
2. Piège que l'on tend à qqn : Tomber dans les rets de qqn être pris au piège

RETS

(rê) s. m.
Filet pour prendre du poisson, du gibier.
Il s'élevait bien quelquefois une petite vapeur de la rivière voisine, qui l'enveloppait comme dans un rets [BALZ., le Prince, Av.-prop.]
Ceux qui viendront après nous liront en notre histoire que le cardinal de Richelieu a démoli la Rochelle et abattu l'hérésie, et que par un seul traité, comme par un coup de rets, il a pris trente ou quarante de ses villes pour une fois [VOIT., Lett. 74]
Pendant qu'à la plumer l'autour est occupé, Lui même sous les rets demeure enveloppé [LA FONT., Fabl. VI, 15]
Un rets d'acier par ses mains [de Vulcain] est forgé ; Ce fut Momus, qui, je pense, en fut cause [ID., Fragm. du songe de Vaux.]
Comme des oiseaux privés chantent pour attirer dans les rets de l'oiseleur les oiseaux sauvages [CHATEAUBR., Génie, IV, IV, 4]
Pans de rets, filets avec lesquels on prend ordinairement les grosses bêtes. Rets saillant, sorte de filet composé de mailles à losanges, et qui sert à prendre des pluviers, des canards et de plus petits oiseaux.
Fig. Tout ce qui sert à saisir, à prendre l'esprit, le cœur, comme fait un rets.
Que Zéphire en ses rets surprend Flore la belle [RÉGNIER, Sat. X]
Ils [les philosophes] quitteront les rets de leurs vaines et dangereuses subtilités, où ils tâchaient de prendre les âmes ignorantes et curieuses [BOSSUET, Panég. St André, 1]
Il [Jésus] tend ses rets sur cette mer du siècle, mer immense, mer profonde, mer orageuse et éternellement agitée [ID., ib.]
La parole est le rets qui prend les âmes [ID., ib.]
Tandis que mon cœur ouvert et confiant s'épanchait avec des amis et des frères, les traîtres m'enlaçaient en silence des rets forgés au fond des enfers [J. J. ROUSS., 3e promen.]
Fig. Prendre quelqu'un dans ses rets, le faire tomber dans un piége.
Terme d'anatomie. Rets admirable, voy. RÉSEAU.
Ces petites branches d'artères qu'on a nommées le rets admirable [DESC., Fœtus, 4]
Rets marin. Nom vulgaire des masses de coques d'œufs de mollusques, que l'on trouve dans la mer.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Les rois dont [ils] soelent les pors [sangliers] prandre, Environ le bois [ils] ont fait tendre [, Lai de Melion]
    Et i puet l'en sa nef ariver et ses cordes lier as arbres qui sont nés, et sechier sa raiz, et destroser sa nef, et metre à terre seche [, Liv. de jost. 64]
    Avant que le flum entre en Egypte, les gens qui ont accoustumé à ce faire, getent leur roys desliées parmi le flum au soir [JOINV., 220]
  • XVe s.
    Les deux seigneurs.... escheirent dedans les mains de leurs ennemis, et furent mieux pris qu'à la roix [FROISS., I, I, 108]
    Le pescheur prist en sa rez une table d'or [CHRIST. DE PISAN, Charles V, III, 14]
  • XVIe s.
    L'Evangile est une rets pour attirer toute sorte de poissons [CALV., Inst. 1089]
    Ainsi qu'on peut voir au rets admirable [PARÉ, I, 29]

ÉTYMOLOGIE

  • Prov. ret, reth ; cat. ret ; espagn. red ; port. rede ; ital. rete ; du lat. rete, qui, d'après Curtius, est pour srete, se rattachant à serere, supin sertum, tisser (voy. SÉRIE). Dans l'ancien français rois, féminin et avec une s, indique non rete, mais le pluriel retia ; on sait que les pluriels neutres du latin deviennent souvent en français des singuliers féminins.

rets

RETS. (On prononce Rè.) n. m. Filet, ouvrage de corde, de fil, etc., noué par mailles et à jour, pour prendre du poisson, des oiseaux. Tendre des rets. Cet esturgeon a donné dans les rets.

Fig., Prendre quelqu'un dans ses rets, Le faire tomber dans les pièges qu'on lui a tendus.

rets


RETS, s. m. plur. Filets pour prendre des poissons, des oiseaux. Il n'est guère plus usité qu'en vers.
   Et la perdrix, qui fuit une main homicide,
   Vient tomber dans ses rets.
       M. T. Rousseau.
L'Acad. met ce mot sans remarque.

Traductions

rets

מצודה (נ), רשת (נ), רֶשֶׁת

rets

net