revendeur, euse

REVENDEUR, EUSE

(re-van-deur, deû-z') s. m. et f.
Celui, celle qui revend, qui achète pour revendre.
Ils [les Juifs] firent le métier de courtiers, de revendeurs, ainsi qu'autrefois à Babylone, à Rome et dans Alexandrie [VOLT., Mœurs, 103]
Un vieux pirate, un revendeur De la féminine denrée [ID., Trois manières.]
À Paris, les revendeuses des halles payent cinq sols d'intérêt par semaine, pour un écu de trois livres ; cet intérêt renchérit le poisson qu'elles vendent dans les rues, mais le peuple aime mieux acheter d'elles que d'aller aux halles se pourvoir [CONDIL., Comm. gouv. I, 18]
Revendeuse, femme qui achète de vieilles hardes pour les revendre. Elle a acheté ce vieux jupon à une revendeuse. Revendeuse à la toilette, femme qui porte dans les maisons des hardes, des bijoux à vendre.
Aurais-tu deviné que M. Turcaret eût une sœur revendeuse à la toilette ? [LESAGE, Turcaret, IV, 13]

HISTORIQUE

  • XVe s.
    Revendeurs de pommes [COQUILLART, p. 172, dans LACURNE]
  • XVIe s.
    Un revendeur de bestial [AMYOT, Péric. 46]

ÉTYMOLOGIE

  • Revendre ; prov. revendeyre, revendedor ; espagn. revendedor ; ital. revenditore.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    REVENDEUR. Ajoutez :
    Revendeuse au panier, femme qui va dans les maisons vendre différents objets, gibier, volaille, œufs, etc. qu'elle porte dans un panier.
    La femme J..., qui est une marchande revendeuse au panier [, Gaz. des Trib. 27 juin 1877, p. 621, 4e col.]

    HISTORIQUE

    • Ajoutez : XIVe s.
      Alis la Bernarde, revenderesse (1340) [VARIN, Archives administr. de la ville de Reims, t. II, p. 827]
      À une revenderesse pour LVI tourtiaus de craisse [, Valenciennes (communiqué par M. Caffiaux)]