ricanement

ricanement

n.m.
Action de ricaner : Il eut un ricanement nerveux.

ricanement

(ʀikanmɑ̃)
nom masculin
rire moqueur ou méprisant Ces ricanements l'ont blessé.

RICANEMENT

(ri-ka-ne-man) s. m.
Action de ricaner.
Sur la foi d'un ricanement Qui n'était que l'effet d'un gai tempérament [CHAULIEU, à Lafare, déc. 1702]
Assemblées de parents, quolibets de noces, plates plaisanteries, ricanements sans avoir envie de rire [VOLT., Lett. en vers et en prose, 55]
Elle a des manières libres, un ricanement perpétuel qu'elle donne pour de la gaieté [GENLIS, Ad. et Th. t. III, p. 418, dans POUGENS]

ÉTYMOLOGIE

  • Ricaner.

ricanement

RICANEMENT. n. m. Action de ricaner.

ricanement


RICANEMENT, s. m. RICANER, v. n. RICANEUR, EûSE, s. m. et fém. [Rikane-man, , neur, neû-ze: 3e e muet au 1er, é fer. au 2d, lon. au dern.] Ricaner, c'est rire à demi, soit par sotise, soit par malice. = Ricanement, action de ricaner. = Ricaneur, eûse, qui ricane.
   Voilà-t-il pas, monsieur, qui ricane déjà.
       Molière.
"Il a un ricanement bête, ou malin, qui est fort déplaisant.
   Son air, des demi mots, que vous n'entendiez pas,
   Certain ricanement, un silence perfide,
   Voilà comme il parloit: et tout cela décide.
       Le Méchant.
"C'est un ricaneur impatientant; une ricaneûse insuportable. Il est aussi adjectif.
   Rien ne m'est échapé de leurs tons ricaneurs,
   De leurs propos légers, de leurs souris moqueurs.
       Palissot.

Traductions

ricanement

snigger, giggle

ricanement

ghigno

ricanement

[ʀikanmɑ̃] nm
(méchant)snigger
(bête, gêné)giggle