ricaneur, euse

RICANEUR, EUSE

(ri-ka-neur, neû-z') s. m. et f.
Celui, celle qui ricane.
Mon fils s'imaginait que cette ricaneuse l'avait prié [M. de Chaulnes] de ne point parler pour lui ; mais il voit bien qu'il s'était trompé [SÉV., 12 oct. 1689]
Si quelqu'un se fût moqué publiquement de ce tableau [représentant Ignace et Xavier montant au ciel], le révérend père Lachaise, confesseur du roi, n'aurait pas manqué de faire donner une lettre de cachet au ricaneur sacrilége [VOLT., Dict. phil. Fr. Xavier.]
Adj.
Je suis étonnée qu'elle ne soit pas devenue sotte et ricaneuse dans ce couvent ; ha ! que vous avez bien fait, ma fille, de la reprendre ! [SÉV., 379]
Il a un air si fin, si ricaneur [GENLIS, Théât. d'éduc. le Vrai sage, I, 4]

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Ricaneux [COTGRAVE, ]

ÉTYMOLOGIE

  • Ricaner.