rigole

rigole

n.f. [ du moyen néerl. regel, ligne droite, du lat. regula, règle ]
Canal étroit et en pente pour l'écoulement des eaux.

RIGOLE

(ri-go-l') s. f.
Petit fossé creusé dans la terre, ou petit canal creusé dans des pierres de taille, pour amener l'eau dans un terrain.
La nécessité avait enseigné aux Péruviens à pratiquer des rigoles au détour des montagnes, sur le penchant des collines.... pour féconder leurs champs que les pluies ne fertilisaient pas [RAYNAL, Hist. phil. VII, 6]
S'il [l'enfant] peut, il creuse une rigole, y met de l'eau, il l'y fait circuler [MICHELET, Nos fils, II]
Terme de ponts et chaussées. Lit artificiel, creusé pour amener les eaux d'un ruisseau, d'un réservoir, d'une rivière, sur un point où elles n'arrivent pas naturellement. Terme de marine. Canal creusé obliquement, de chaque côté de la caisse d'un mât de hune ou de perroquet, pour loger la guinderesse, pendant qu'on guinde et qu'on cale le mât.
Il se dit du cours d'eau lui-même.
Entre deux coteaux assez élevés est un petit vallon nord et sud, au fond duquel coule une rigole entre des cailloux et des arbres [J. J. ROUSS., Conf. V]
Il [le fleuve] vient, il se partage en fertiles rigoles ; Ses limpides filets sont autant de pactoles [DELILLE, Hom. des ch. Var. et add. II]
Fig.
On a mieux aimé se désaltérer dans les rigoles que dans les eaux pures des grands fleuves [LE P. CATROU, Préf. de l'histoire rom. dans DESFONTAINES.]
Petite tranchée faite pour planter des bordures de buis, de thym, etc. Petite tranchée pour faire écouler l'eau. Terme de maçonnerie. Se dit des petites tranchées de peu de profondeur faites pour fonder un mur de clôture.

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    Quant il veulent peschier leur estant, il peuent escluser la riviere dessus le pont et faire rigollas [sic] pour ladite riviere escouler [DU CANGE, rigola.]

ÉTYMOLOGIE

  • Origine incertaine. On trouve dans les anciens textes regort, mais c'est un tout autre mot (de re, et l'ancien gort, du lat. gurges). Diez pense que rigole est d'origine celtique : kymri, rhig, raie, rhigol, sillon. D'autres, et parmi eux Scheler, le rattachent au bas-latin rega, raie, qui vient de rigare, arroser. Mais du Cange a rigora, petit ruisseau, riguoles, même sens, ainsi que rigus, rigulus, de sorte que la dérivation par rigare est fort vraisemblable.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

  • RIGOLE. - HIST. Ajoutez : XIIIe s.
    El rigol d'un fossé, en une recelée [, Foulque de Candie, p. 93, Reims, 1860]

rigole

RIGOLE. n. f. Petit canal creusé dans la terre ou dans la pierre, pour faire couler l'eau à travers un jardin, un pré, etc. Creuser une rigole. Rigoles de dérivation.

rigole


RIGOLE, s. f. [3e e muet.] 1°. Petite tranchée, qu'on creuse dans la terre ou dans des pierres de tâille, pour faire couler l'eau dans un jardin. = 2°. Petite tranchée qu'on fait pour planter des bordûres ou des palissades.

Traductions

rigole

מפלש מים (ז), נגר (ז), תעלה קטנה (נ), נֶגֶרgeul, gootdrain, ditch, channel, gutteracequiarivoloSwaleSWALESwaleSwale (ʀigɔl)
nom féminin
1. petit fossé par où l'eau s'écoule L'eau arrive par des rigoles.
2. eau qui coule sur une surface rigoles formées par la pluie

rigole

[ʀigɔl] nf
(= conduit) → channel
(= filet d'eau) → rivulet