rimailleur

Recherches associées à rimailleur: rimes

rimailleur, euse

[ rimajœr, øz] n.
Fam., vieilli Personne qui rimaille.

RIMAILLEUR

(ri-mâ-lleur, ll mouillées, et non ri-mâ-yeur) s. m.
Celui qui rimaille, qui fait de mauvais vers.
Devant combien de juges n'est-il pas condamné [Malherbe] ? et quel petit rimailleur ne croit en conscience qu'il écrit beaucoup plus noblement que lui ? [GODEAU, Discours sur Malherbe.]
Mais les rimailleurs de bibus, Nommés poëtes par abus [SCARR., Ép. à M. d'Aumale.]
Avez-vous la tragédie de Mirame, dont les trois quarts sont du cardinal de Richelieu ? c'était un détestable rimailleur que ce grand homme [VOLT., Lett. la Vallière, mai 1759]
On a autre chose à faire à la cour que de persécuter un vieux rimailleur [Voltaire lui-même] pour des sottises dont personne ne se soucie [ID., Lett. d'Argental, 15 déc. 1776]

ÉTYMOLOGIE

  • Rimailler.

rimailleur

RIMAILLEUR. n. m. Celui qui fait de mauvais vers. Ce n'est qu'un rimailleur. C'est un plat rimailleur. Il est familier.

rimailleur

Rimailleur, m. acut. Celuy qui s'applique à escrire en rime, et ne s'en acquitte gueres bien, ce mot a du mespris de l'ouvrier. Marot en ladite epistre: Bref c'est pitié d'entre nous Rimailleurs: ce mot est de la façon de chamailleur, tailleur, gasouilleur, et semblables, Poëta non bonus.

Rimailleuse, f. penac. La femme qui rimaille, voyez Rimailleur.

Traductions

rimailleur

חרזן (ז), שוטה בחרוזים (ז)