rimeur

rimeur, euse

n.
Poète sans inspiration ; versificateur.
Maxipoche 2014 © Larousse 2013

RIMEUR

(ri-meur) s. m.
Poëte et le plus souvent mauvais poëte.
Allez, rimeur de balle, opprobre du métier [MOL., Femm. sav. III, 5]
Mais moi, qu'un vain caprice, une bizarre humeur Pour mes péchés, je crois, fit devenir rimeur [BOILEAU, Sat. II]
Il n'est fort, entre ceux que tu [Louis XIV] prends par centaines, Qui ne puisse arrêter un rimeur six semaines [ID., Ép. IV]
Faut-il d'un froid rimeur dépeindre la manie.... [ID., Sat. VII]
Adj.
Ce breuvage vanté par le peuple rimeur, Le nectar.... [LA FONT., Fabl. X, 1]
Il se dit quelquefois de celui qui n'emploie que des rimes riches dans ses vers. C'est un excellent rimeur.

HISTORIQUE

  • XVe s.
    À l'amour ne suis adonné, Et j'ame encore moins les armes, Mais le vin.... Je ne vueil estre rimeur d'eau [BASSELIN, I]

ÉTYMOLOGIE

  • Rimer.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

  • RIMEUR. - HIST. Ajoutez : XIIe s.
    Cil ki tant a de sens que per viers [vers] est rimere [, li Romans d'Alixandre, p. 490]
Émile Littré's Dictionnaire de la langue française © 1872-1877

rimeur

RIMEUR. n. m. Celui qui fait des vers, qui accouple des rimes. C'est un excellent rimeur.

Il s'emploie surtout au sens péjoratif. Un méchant rimeur.

Dictionnaire de L'Académie française 8th Edition © 1932-5
Traductions