rimeur

(Mot repris de rimeurs)

rimeur, euse

n.
Poète sans inspiration ; versificateur.

RIMEUR

(ri-meur) s. m.
Poëte et le plus souvent mauvais poëte.
Allez, rimeur de balle, opprobre du métier [MOL., Femm. sav. III, 5]
Mais moi, qu'un vain caprice, une bizarre humeur Pour mes péchés, je crois, fit devenir rimeur [BOILEAU, Sat. II]
Il n'est fort, entre ceux que tu [Louis XIV] prends par centaines, Qui ne puisse arrêter un rimeur six semaines [ID., Ép. IV]
Faut-il d'un froid rimeur dépeindre la manie.... [ID., Sat. VII]
Adj.
Ce breuvage vanté par le peuple rimeur, Le nectar.... [LA FONT., Fabl. X, 1]
Il se dit quelquefois de celui qui n'emploie que des rimes riches dans ses vers. C'est un excellent rimeur.

HISTORIQUE

  • XVe s.
    À l'amour ne suis adonné, Et j'ame encore moins les armes, Mais le vin.... Je ne vueil estre rimeur d'eau [BASSELIN, I]

ÉTYMOLOGIE

  • Rimer.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

  • RIMEUR. - HIST. Ajoutez : XIIe s.
    Cil ki tant a de sens que per viers [vers] est rimere [, li Romans d'Alixandre, p. 490]

rimeur

RIMEUR. n. m. Celui qui fait des vers, qui accouple des rimes. C'est un excellent rimeur.

Il s'emploie surtout au sens péjoratif. Un méchant rimeur.

Traductions