ripaille

Recherches associées à ripaille: faire ripaille

ripaille

n.f. [ du moyen néerl. rippen, racler ]
Fam., vieilli Excès de table.
Faire ripaille,
se livrer à des excès de nourriture et de boisson faire bombance

RIPAILLE

(ri-pâ-ll', ll mouillées, et non ripâ-ye) s. f.
Grande chère, débauche de table. Nos ripailles pendant le carnaval.
Je te baille [à toi, mon cheval] Pour ripaille, Plus de paille, Plus de son [V. HUGO, Ball. 12]
Faire ripaille, faire grande chère.
Que les milords et la canaille, Pour lui plaire, auraient fait ripaille [MAÎTRE ADAM BILLAUT, Œuvr. p. 252, dans POUGENS]
Ils [les chiens] firent tous ripaille, Chacun d'eux eut part au gâteau [LA FONT., Fabl. VIII, 7]
Malgré la bataille Qu'on donne demain, Çà, faisons ripaille, Charmante Catin [L'ABBÉ BAUGENOT, l'Amant grenadier (chanson célèbre du siècle dernier)]
Fig.
Lorsque deux rois s'entendent bien, Quand chacun d'eux défend son bien, Et du bien d'autrui fait ripaille [VOLT., Ép. 61]

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Çà, ça, ripaille, vie de goulus ; à la soupe, garçons [COTGRAVE, ]
    Le petit flageolet pour faire ripaille au soir, comme ils parlent en Anjou, et resjouir les compagnons [NOEL DU FAIL, Contes d'Eutrap. ch.. XX]

ÉTYMOLOGIE

  • Ripaille, château sur le bord du lac de Genève où Amédée duc de Savoie, qui fut depuis antipape sous le nom de Félix V, se retira et fut accusé de se livrer à la bonne chère, d'où faire ripaille :
    Ripaille, je te vois ; ô bizarre Amédée, Est-il vrai que dans ces beaux lieux, Des soins et des grandeurs écartant toute idée, Tu vécus en vrai sage, en vrai voluptueux, Et que, lassé bientôt de ton doux hermitage, Tu voulus être pape et cessas d'être sage ? [VOLT., Ép. 76]
    Ripaille est l'augmentatif de ripa, rive (ainsi dit " pour ce qu'il est à la rive du lac, " BONIVARD, Chr. de Genève, II, 1).

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

  • RIPAILLE. - ÉTYM. Ajoutez : Un correspondant du Courrier de Vaugelas, 15 juin 1876, p. 10, demande, en présence des difficultés au sujet d'Amédée et du château de Ripaille, s'il ne s'agirait pas, dans la locution, de Ripailles, maison de campagne à Villeneuve-lez-Avignon, où s'établit en 1803 une société de francs-buveurs. Ce qui écarte cette conjecture, c'est que ripaille et faire ripaille se trouvent dans des textes du XVIe siècle, sans parler de maître Adam et de La Fontaine, qui, au XVIIe siècle, se sont servis de la locution. On a contesté que ripaille, au sens de bombance, dérivât du château de Ripaille. Mais ce passage de Monstrelet ne laisse pas de doute à ce sujet : " Et quant au gouvernement de sa personne, il [Amé, duc de Savoie] retint environ vingt de ses serviteurs pour luy servir ; et les autres qui se meirent prestement avecques luy, en feirent depuis pareillement, chacun selon son estat. Et se faisoient luy et ses gens servir, au lieu de racines et d'eau de fontaine, du meilleur vin et des meilleures viandes qu'on povoit rencontrer, " MONSTRELET, Chroniques, 1434 ; t. II, p. 100, Paris, 1572. C'est de la sorté qu'on a dit faire ripaille comme faire bombance.

ripaille

RIPAILLE. n. f. Il n'est guère usité que dans cette locution familière : Faire ripaille, Faire grande chère, faire une débauche de table.

ripâille


RIPâILLE, s. f. On ne le dit qu'avec Faire: \çà, faisons ripâille. Volt. C. à. d. grand'chère.
   Et chacun de tirer, le mâtin, la canâille,
   À~ qui mieux mieux, Ils firent tous ripâille.
   Chacun d'eux eut part au gâteau.       La Font.
Cette expression est bâsse et populaire. Elle n'est bone que pour le burlesque, pour le st. poissard ou grivois.

Synonymes et Contraires

ripaille

nom féminin ripaille
Familier. Excès de table.
Traductions

ripaille

farra

ripaille

[ʀipɑj] nf
faire ripaille → to feast