ripopée

(Mot repris de ripopées)

RIPOPÉE

(ri-po-pée) s. f.
Terme familier et de mépris. Mélange que les cabaretiers font des différents restes de vin. Ce n'est que de la ripopée.
Mélange de différentes sauces, de différentes liqueurs. Quelle ripopée faites-vous là ?
Fig. et familièrement. Ouvrage, écrit composé d'idées communes, incohérentes, etc.

REMARQUE

  • Il était autrefois masculin :
    J'en [de l'antimoine] porterai quatre prises avec moi, que je veux faire prendre à Mme la duchesse d'Aiguillon, car il n'y a point de ripopé qui fasse de si bons effets [VOIT., Lett. 97]
  • On a dit du café ripopé, pour du marc de café sur lequel on a versé de l'eau.

HISTORIQUE

  • XVe s.
    Celui qui a grand soif boit d'ung petit rippopé [, Les 15 joyes du mariage, p. 43]
  • XVIe s.
    Une très bonne medecine, Boire devez du ripopé, La vraye medecine qui guerit de tous maux [, dans FR. MICHEL, Argot.]

ÉTYMOLOGIE

  • Origine inconnue. On le trouve aussi écrit ripaupé. A-t-il quelque rapport avec popote, et l'italien poppare, sucer, s'imbiber ?

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

  • RIPOPÉE. - ÉTYM. Ajoutez : Comme ripopée a été anciennement un terme de pharmacie, M. Devic, Dict. étym., demande s'il ne faudrait pas y voir une dérivation irrégulière du mot rob, qui est lui-même un terme pharmaceutique.

ripopée

RIPOPÉE. n. f. Mélange que les cabaretiers font de différents restes de vin. Ce vin n'est que de la ripopée. Il est familier et ne se dit que par mépris.

Il se dit également du Mélange de différentes liqueurs, de différentes sauces. Quelle ripopée faites-vous là?

Il se dit, figurément et familièrement, d'un Ouvrage, d'un écrit composé d'idées communes incohérentes ou mal liées entre elles. Il vieillit dans ces différents sens.