romancine

ROMANCINE

(ro-man-si-n') s. f.
Plainte.
Boufflers étant sur la fin de sa romancine, Chamillart ajouta qu'il n'y avait pas un seul régiment de payé [SAINT-SIMON, 232, 100]
Réprimande.
La duchesse de Mortemart quitta subitement la cour, de dépit des romancines de ses sœurs [SAINT-SIMON, 127, 144]
Je tâcherai de retrouver une copie de cette vaste romancine [VOLT., Lett. Damilaville, 2 juin 1766]
Quels diables d'anges ! je reçois le paquet avec une romancine ; vraiment, comme on me lave la tête ! [ID., Lett. d'Argental, 1er févr. 1762]

ÉTYMOLOGIE

  • Romance, pris dans un sens détourné.