ronflement

ronflement

n.m.
1. Bruit que fait un dormeur en ronflant : Ses ronflements m'ont réveillé.
2. Sonorité sourde et prolongée : Le ronflement des moteurs avant le départ d'une course vrombissement
Maxipoche 2014 © Larousse 2013

RONFLEMENT

(ron-fle-man) s. m.
Bruit que produit quelquefois pendant le sommeil la vibration du voile du palais lorsque l'air traverse l'arrière-bouche, particulièrement pendant l'inspiration.
Je n'ai ouï dire ni criement ni pleurement ; mais ronflement ne me semble pas mauvais, et je ne crois pas qu'il doive être mis au nombre des barbarismes [VAUGEL., Rem. not. Th. Corn. t. II, p. 104]
Un ronflement de basse-taille aussi nourri qu'il en soit [MARIV., Arleq. poli par l'amour, sc. 1]
Fig. Tout bruit qui a une sorte de rapport avec celui d'un homme qui ronfle. Le ronflement d'une toupie. Le ronflement de l'orgue.
Les mâles [des lions marins] ont un mugissement semblable à celui du taureau, et, lorsqu'ils sont irrités, ils marquent leur colère par un ronflement [BUFF., Quadr. t. XI, p. 232]
C'est un beau tournoi de paroles [une scène de mélodrame entre deux acteurs] ; l'un fait sonner toutes les r, l'autre toutes les s ; il arrive un moment où le débit s'échauffe au point qu'on n'entend plus qu'un ronflement d'un côté et qu'un sifflement de l'autre [TH. GAUTIER, Hist. de l'art dramatique, t. I, p. 24]

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Ronflement [MONET, Dict.]

ÉTYMOLOGIE

  • Ronfler.
Émile Littré's Dictionnaire de la langue française © 1872-1877

ronflement

RONFLEMENT. n. m. Bruit qu'on fait en ronflant. On entend ses ronflements de toute la maison.

Il se dit figurément de Certains bruits qui ont quelque rapport avec le ronflement d'un homme. Le ronflement de l'orgue. Le ronflement d'une toupie. Le ronflement d'un moteur.

Dictionnaire de L'Académie française 8th Edition © 1932-5

ronflement


RONFLEMENT, s. m. RONFLER, v. n. RONFLEUR, EUSE, s. m. et f. [Ronfle-man, flé, fleur, fleû-ze: 1re lon. 3e e muet au 1er, é fer. au 2d, lon. au 4e.] Ils expriment l'action de faire un certain bruit de la gorge et des narines en respirant pendant le someil. "Il ne fait que ronfler toute la nuit: "Elle ronfle à faire tout trembler. Rouss. "Son ronflement s'entend de toute la maison. "C'est un ronfleur, une ronfleûse insuportable.
   Rem. 1°. On dit ronfler, au figuré, du canon, de la trompette, de l'orgue et d'autres instrumens. = 2°. Ronflement, dit, Th. Corneille, est meilleur aujourd'hui (à la fin du dernier Siècle) que du tems de M. De Vaugelas; et l'on peut s'en servir sans scrupule. La Touche observait quelque tems aprês que l'Acad. l'aproûve. "Le ronflement des vents, de la mer. Richelet. = Ronfleur ne se dit qu' au propre.

Jean-François Féraud's Dictionaire critique de la langue française © 1787-1788
Synonymes et Contraires

ronflement

nom masculin ronflement
Le Grand Dictionnaire des Synonymes et Contraires © Larousse 2004
Traductions

ronflement

snore, chugging, roarחרחור (ז), טרטור (ז), נחירה (נ), נחר (ז), נחרה (נ), נְחִירָה, נַחַרgeronkdengkur, dengkuran, keruhschnarchenChrápáníSnorkenSnarkning (ʀɔ̃fləmɑ̃)
nom masculin
bruit que l'on fait en dormant
Kernerman English Multilingual Dictionary © 2006-2013 K Dictionaries Ltd.

ronflement

[ʀɔ̃fləmɑ̃] nm
(= bruit régulier de la respiration) → snoring no pl (= bruit isolé) → snore
La nuit, les ronflements de ses camarades de chambrée l'empêchaient de dormir → At night his room-mates' snores stopped him sleeping.
[moteur, poêle] → hum; (plus fort)roar
Collins English/French Electronic Resource. © HarperCollins Publishers 2005