roquentin

ROQUENTIN

(ro-kan-tin) s. m.
Nom donné à de vieux militaires en retraite qui jouissaient d'une demi-paye dans les châteaux, les citadelles, les lieux forts. Les roquentins furent institués par François 1er. Le soir à la veillée chaque roquentin chantait sa vieille chanson.
Chanteur de chansons qu'on nommait aussi roquentins et qui étaient des espèces de vaudevilles satiriques, la plupart du temps en quatre vers.
Il n'y a que les roquentins, Les Jodelet, les Picotins, Qui, malgré la grande famine, Font des farces sur la voisine, [ÉD. FOURNIER, Variétés hist. et litt. t. VIII, p. 338]
Ces garçons font mille courses, Et cinq sous n'auront en bourses Bien souvent pour le certain ; C'est l'avis du roquentin, [, Le cabinet des chansons (1631), p. 71]
Terme familier. Vieillard ridicule et qui veut faire le jeune homme.
Ah ! ce vieux roquentin fait donc l'opiniâtre [GHERARDI, Théât. ital. t. I, p. 377]
Ah ! vieux roquentin, disais-je entre mes dents, chien de lambin, veux-tu donc me faire enrager ? [LESAGE, Guzm. d'Alf. II, 3]
Il me souvient d'avoir ouï dire à ce vieux roquentin qu'il voulait danser aux noces de sa fille [BRUEYS, le Grond. II, 18]
Il se promène avec un vieux roquentin qui a la barbe plus longue que ma chevelure [DESTOUCH., Tambour nocturne, III, 2]

ÉTYMOLOGIE

  • Roc 1, dans le sens de forteresse sur un lieu élevé (voy. ROQUETTE 3, pour la confirmation de cette étymologie). On écrivait la plupart du temps rocantin.

roquentin

ROQUENTIN. n. m. Nom donné anciennement à de Vieux militaires en retraite. On s'est servi plus tard de ce mot pour désigner un Vieillard ridicule. Voyez ce vieux roquentin.