roturièrement

ROTURIÈREMENT

(ro-tu-riè-re-man) adv.
À la manière des roturiers, selon les lois qui concernent la roture. Posséder une terre roturièrement.
D'une manière basse et digne de la roture (sens vieilli). Cet homme là pense roturièrement.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Que tous les vassaux et autres gens de quelque auctorité qu'ils soient, tenans noblement et roturierement dudit duché de Longueville [GODEFROY, Rem. sur l'histoire de Charles VII, p. 816, dans LACURNE.]

ÉTYMOLOGIE

  • Roturière, et le suffixe ment.

roturièrement

ROTURIÈREMENT. adv. À la manière des roturiers, selon les lois qui concernent la roture. Il n'y avait ni fief, ni seigneurie à cette terre, elle devait se partager roturièrement.

Il signifie aussi, D'une manière basse et ignoble. Cet homme-là pense roturièrement. Ce sens a vieilli.

roturierement

Roturierement, Iure plebeio. Comme, franc aleu auquel y a justice, censive, ou fiefs mouvans de luy, se partit comme fief noble, mais où il n'y a fief mouvans, justice ou censive se partit roturierement, Iure plebeio. Dont le contraire est noblement, Iure clientelario, aut beneficiario.