rouillure

rouillure

n.f.
État d'un objet rouillé.

ROUILLURE

(rou-llu-r', ll mouillées, et non rou-yu-r') s. f.
Effet de la rouille sur les métaux ou sur les végétaux. La rouillure du fer. La rouillure des blés.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    La vermine et la rouilleure gastera tous les arbres et les fruits de ta terre [LANOUE, 19]
    Il faut verser de l'huile dessus la rouilleure pour la ronger, et puis après fourbir et nettoyer soigneusement le fer [ID., 104]
    ....Qu'aussi il les faut ordinairement employer [les armes], à fin que les courages par la rouillure de lascheté ne se gastent [ID., 179]

ÉTYMOLOGIE

  • Rouiller.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

  • ROUILLURE. - HIST. XVIe s. Ajoutez :
    Ne faictes point vos tresors en la terre, là où la rouillure et tigne corrompt.... mais faictes vos tresors au ciel, là où ne la rouillure ne la tigne ne corrompt riens [, Matthieu VI, 19, Nouv. Testam. éd. Lefebvre d'Étaples, Paris, 1525]

rouillure

ROUILLURE. n. f. État de ce qui est rouillé.

rouïllure

Rouïllure, f. penac. Est le mesme que rouïlle, et est proprement dicte du fer, voyez Rouïlle. L'Espagnol l'appelle Orin. acut. Mi espada es tomada de orin; Ensis meus correptus est rubigine. L'Italien approche plus le Latin, et dit Ruggine, penac. Par syncope de la voyele i, et mutation de la consone b en g.