royauté

royauté

n.f.
1. Dignité de roi : Il dut renoncer à la royauté couronne, trône [litt.]
2. Régime monarchique : Ils veulent rétablir la royauté monarchie

royautés

n.f. pl.
Somme reversée au détenteur d'un droit, d'un brevet : Cette jeune romancière a touché de grosses royautés redevance, royalties [anglic.]

ROYAUTÉ

(ro-iô-té ; plusieurs disent roi-iô-té) s. f.
Dignité de roi.
Quelque condition qu'on se figure, si l'on assemble tous les biens qui peuvent nous appartenir, la royauté est le plus beau poste du monde [PASC., Pens. IV, 2, édit. HAVET.]
Jamais prince ne fut plus capable [que Charles Ier] de rendre la royauté non-seulement vénérable et sainte, mais encore aimable et chère à ses peuples [BOSSUET, Reine d'Anglet.]
Qu'est-ce que l'épiscopat, quand il se sépare de l'Église, qui est son tout, aussi bien que du saint-siége, qui est son centre, pour s'attacher contre sa nature à la royauté comme à son chef ? [ID., ib.]
Il [Dieu] voulait découvrir par un grand exemple tout ce que peut l'hérésie, combien elle est naturellement indocile et indépendante, combien fatale à la royauté et à toute autorité légitime [ID., ib.]
C'est de là [l'hérésie] que nous est né ce prétendu règne du Christ, inconnu jusques alors dans le christianisme, qui devait anéantir toute la royauté et égaler tous les hommes [ID., ib.]
La très chrétienne maison de France, qui, seule dans tout l'univers et dans tous les siècles, se voit, après sept cents ans d'une royauté établie, dans sa force et dans sa fleur [ID., Mar.-Thér.]
Les princes alliés eurent d'abord quelque répugnance à mettre Polydamas [un simple particulier] dans la royauté [FÉN., Tél. XX]
Si l'on trouve des vestiges de quelque royauté parmi eux [peuples du Nord], c'est qu'on a pris pour des rois les chefs des armées ou des républiques [MONTESQ., Lett. pers. 131]
On peut être étonné de voir que la royauté continua de subsister à Sparte, après qu'elle eut été détruite dans toute la Grèce [LÉVESQUE, Instit. Mém. sc. mor. et pol. t. III, p. 353]
Il se dit en parlant du roi de la fève. La royauté de la fève ne dure que le temps du repas. Il a payé sa royauté, il a donné un repas à ceux avec qui il avait fait les Rois.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Mi quinze freres tot sont roi coronez ; N'i a celui n'ait quatre reautez [, Bat. d'Aleschans, V. 4641]
  • XIIIe s.
    Au roi Ninus et à sa reauté ; car lui font les estoires chief des premiers rois [BRUN. LATINI, Trésor, p. 33]
    Et s'ele n'avoit nul tresor, Fors que sans plus sa grant biauté, Si seroit une royauté [, Bl. et Jeh. 570]
  • XVe s.
    Le samedy veille de la Tiphaine [Épiphanie], après ce que le suppliant et son plus prouchain voisin orent fait leur royaulté [fête des Rois] [DU CANGE, regalitas.]
  • XVIe s.
    La loy exempte et dispense de ceste subjection les enfans qui doivent succeder à la royauté [AMYOT, Agésil. 1]
    La royauté [c'est Charles IX qui parle] me nuit et me rend miserable ; Jamais à la grandeur amour n'est favorable [DESPORTES, Diverses amours, XL, Stances pour Charles IX]

ÉTYMOLOGIE

  • Bas-lat. regalitatem, de regalis, royal.

royauté

ROYAUTÉ. n. f. Dignité de roi. Parvenir à la royauté. Abdiquer la royauté. Renoncer à la royauté. Aspirer à la royauté. Usurper la royauté. Les ornements, les marques, les attributs, les insignes de la royauté.

Il se dit par plaisanterie en parlant du Roi de la fève. Il a payé sa royauté, Il a régalé ceux avec qui il avait tiré les Rois.

Il signifie, par extension, Prééminence, influence souveraine. La royauté des salons, de la mode.

royauté

Royauté.

Traductions

royauté

royalty, monarchyמלוכה (נ), מלכות (נ), מְלוּכָה, מַלְכוּתkoningschap, koninklijke machtβασίλειοmonarchia (ʀwajote)
nom féminin
pouvoir exercé par un roi, une reine

royauté

[ʀwajote] nf
(= régime) → monarchy
(= dignité) → kingship