rumb

RUMB

(ronb') s. m.
Terme de marine. Quantité angulaire comprise entre deux des trente-deux aires de vent de la boussole.
Vous avez bien la mine d'avoir pris tout cela mot à mot dans un livre ; car je jurerais que vous n'avez jamais su qu'à cette heure ce que c'est qu'un rumb de vent [VOIT., Lett. 91, à Costart (il écrit rhomb).]
Les distances y sont marquées [dans les routiers] selon les rumbs de vent, auxquels on ne peut se fier s'ils ont été pris sans la boussole [FONTEN., De Lisle.]
Ligne de rumb, courbe que décrit un vaisseau, en faisant toujours le même angle avec le méridien.
Comme la courbe appelée loxodromique, décrite par un vaisseau qui suit toujours le même rumb du vent, fait aussi toujours le même angle avec tous les méridiens, il s'ensuit que, si les méridiens étaient des lignes droites concourantes au pôle, la loxodromique deviendrait la spirale logarithmique [FONTEN., Bernoulli.]
Il est ordonné aux pêcheurs de garder les rumbs les uns des autres, c'est-à-dire qu'aucun d'eux ne doit jeter ses filets aux endroits où il pourrait nuire à ceux qui sont arrivés les premiers.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Voguer de rumb en rumb [COTGRAVE, ]
    Arrumer une carte, c'est à dire tirer en icelle les rums du vent [NICOT, Dict.]

ÉTYMOLOGIE

  • Rumd, rund et rumb, dans J. Devaulx, (1583), cité par JAL ; rum dans Nicot, en 1606 ; rumb, rumbe, run, dans le P. Fournier, 1643 ; espagn. rumbo, portug. rumo, ital. rombo, angl. rhumb, tous mots venant du français d'après JAL, qui tire rumb du germanique : anglo-sax. rum, all. raum, espace : un rhumb, en parlant des vents, étant l'espace compris entre deux vents. Le b a été attiré par l'm, qui est labiale.