ruser

Recherches associées à ruser: riser

ruser

v.i. [ lat. recusare, refuser, repousser ]
Se servir de ruses ; agir avec ruse : Il a dû ruser pour ne pas répondre aux questions louvoyer, manœuvrer

ruser

(ʀyze)
verbe intransitif
utiliser un moyen habile pour obtenir qqch J'ai dû ruser pour entrer dans l'immeuble.

ruser


Participe passé: rusé
Gérondif: rusant

Indicatif présent
je ruse
tu ruses
il/elle ruse
nous rusons
vous rusez
ils/elles rusent
Passé simple
je rusai
tu rusas
il/elle rusa
nous rusâmes
vous rusâtes
ils/elles rusèrent
Imparfait
je rusais
tu rusais
il/elle rusait
nous rusions
vous rusiez
ils/elles rusaient
Futur
je ruserai
tu ruseras
il/elle rusera
nous ruserons
vous ruserez
ils/elles ruseront
Conditionnel présent
je ruserais
tu ruserais
il/elle ruserait
nous ruserions
vous ruseriez
ils/elles ruseraient
Subjonctif imparfait
je rusasse
tu rusasses
il/elle rusât
nous rusassions
vous rusassiez
ils/elles rusassent
Subjonctif présent
je ruse
tu ruses
il/elle ruse
nous rusions
vous rusiez
ils/elles rusent
Impératif
ruse (tu)
rusons (nous)
rusez (vous)
Plus-que-parfait
j'avais rusé
tu avais rusé
il/elle avait rusé
nous avions rusé
vous aviez rusé
ils/elles avaient rusé
Futur antérieur
j'aurai rusé
tu auras rusé
il/elle aura rusé
nous aurons rusé
vous aurez rusé
ils/elles auront rusé
Passé composé
j'ai rusé
tu as rusé
il/elle a rusé
nous avons rusé
vous avez rusé
ils/elles ont rusé
Conditionnel passé
j'aurais rusé
tu aurais rusé
il/elle aurait rusé
nous aurions rusé
vous auriez rusé
ils/elles auraient rusé
Passé antérieur
j'eus rusé
tu eus rusé
il/elle eut rusé
nous eûmes rusé
vous eûtes rusé
ils/elles eurent rusé
Subjonctif passé
j'aie rusé
tu aies rusé
il/elle ait rusé
nous ayons rusé
vous ayez rusé
ils/elles aient rusé
Subjonctif plus-que-parfait
j'eusse rusé
tu eusses rusé
il/elle eût rusé
nous eussions rusé
vous eussiez rusé
ils/elles eussent rusé

RUSER

(ru-zé) v. n.
Employer toutes sortes de détours et d'expédients pour échapper aux chiens, en parlant du renard, du lièvre, du cerf, etc. (ce qui est un des sens primitifs). Le renard a long temps rusé. Fig.
C'est une des belles chasses qu'il est possible de voir, que celle que nous faisons après M. de Bellièvre et M. de Mirepoix ; ils courent.... ils rusent, mais nous sommes toujours sur la voie [SÉV., 12 juill. 1675]
User de ruses, de moyens de tromper.
....Il faut ruser pour avoir cette proie ; Rusons donc.... [LA FONT., Fabl. V, 8]
Le roi, qui fit servir M. du Maine dans son armée où son ancienneté le faisait le second lieutenant général, rusa pour qu'il fût le premier [SAINT-SIMON, 108, 145]
Il faut ruser avec la négligence des hommes, ainsi qu'avec leurs passions [BARTHÉL., Anach. ch. 75]
J'ai voulu ruser avec eux ; ils m'ont traité comme un enfant [BEAUMARCH., Mar. de Figaro, V, 19]
Il se conjugue avec l'auxiliaire avoir.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    À la feie Engleiz reuserent [reculèrent], Et à la feie retornerent [, Rou, V. 13189]
    Bien crei qu'à cele feiz saint Thomas s'aïra De ço que cil Reinalz le destraist e sacha ; Si ad enpaint Reinalt qu'ariere rehusa, E le corn del mantel hors des mains li sacha [, Th. le mart. 148]
  • XIIIe s.
    Diex, qui le mont [monde] puet sauver, Gart France de raüser [HUES DE LA FERTÉ, Romanc. p. 192]
    Entre l'iave et le mont [ils] vont paiens encontrer, O les brans acerins les fisent reüser [, Ch. d'Ant. VIII, 1332]
    Comment que mon temps aie usé, M'a ma conscience acusé Et tous dis loé [conseillé] le meillour, Et tant le m'a dit et rusé Que j'ai tout soulais refusé Pour tendre à venir à honour [BARBAZAN, Fabliaux, 2e édit. I, p. 116]
    C'est un homs qui ment de legier Et maint prod'omme a reüsé [, la Rose, 3581]
    Si m'en venist miex reüser, Mes ne pooie refuser Ce que mes cuers me commandoit [, ib. 1764]
  • XIVe s.
    Et de premier assaut l'ost des Romains les fist ruser arrere [BERCHEURE, f° 50, recto.]
    Ainsy y doi mon sentement Mettre et mon entendement, Cuers, corps, pooir et quanque j'ay ; Ne je ne pris [prise] un bec de jay Ceuls qui s'en vorroient ruser [écarter] [MACHAUT, p. 7]
    Quant on ot rusé longuement [quand on se fut longuement ébattu], Uns chevaliers isnellement Hucha le vin et les espices [ID., p. 88]
    Adonc ma dame jura fort Que j'iroie ; et, quant vint au fort, De li m'approchai en rusant [tergiversant], Et tous dis en moy escusant Que ce à moi n'appartenoit [ID., p. 48]
    Rusez vous du chemin, car je ne puis tenir mon cheval [DU CANGE, rusare.]
    Par ma foi, chastelain, on ne doit pas ruser ; Se je devoie ci o ma gent demourer, Si n'en porrez vous jà un denier enbourcer [, Guesclin. 5146]
  • XVe s.
    [Le comte de Foix] avoit usage de ruser, de solacier et de gaber [FROISS., II, III, 18]
    Mais plus y suis et moins ay de puissance, Et suis de tous escharnis et rusez [E. DESCH., Poés. mss. f° 239]
    Or veons se li homs refuse Sa femme à aucun qui la ruse [pourchasse] Plus grand de li.... [ID., ib. f° 499]
    [Une femme] Tant se scet de la langue aidier, Qu'ele ara droit, par son plaidier, Encontre cellui qui l'accuse ; Il n'est rien que femme ne ruse [ID., ib. f° 509]
    Des longtemps icellui Simon rusoit, frequantoit et repairoit icelle Ysabellet, soubz umbre et faintise de la prendre en mariage [DU CANGE, rusare.]
  • XVIe s.
    Esjouys-toi, ne te mesle de guerre ; Car tu as chief qui les haulx au bas ruse, Crainct et doubté plus que cil de Meduse [J. MAROT, V, 49]
    Ne vous fiez point en luy, il se ruse avec tous ceulx à qui il a afaire [PALSGR., p. 731]
    Si je ne puis la combattre [une idée pressante], je luy eschappe ; et, en la fuyant, je fourvoye, je ruse [MONT., III, 299]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. rahusar, gruger (d'après Raynouard), mais plutôt tromper. Mot très difficile. Au XIIe siècle, reuser signifie reculer, repousser, écarter. Au XIIIe, il signifie repousser, mais il s'y joint le sens de tromper et celui de rebattre ; au XIVe, repousser, écarter, tergiverser, s'ébattre ; au XVe, s'ébattre, repousser, tromper, pourchasser, fréquenter ; au XVIe, à côté du sens de repousser qui se trouve dans J. Marot, on a celui de avoir de la ruse. Diez a montré que reüser, congénère à l'ital. rifusare et à l'espagn. rehusar, était né d'un mélange de refutare et de recusare. Le sens primitif de reuser, qui est repousser, tient à refutare, qui signifie repousser, rejeter. Du sens de repousser, ce verbe, pris neutralement, a passé à celui de reculer, puis de s'échapper par des détours, en parlant du gibier, et finalement de tromper, ruser. Des sens accessoires à s'échapper par des détours sont tergiverser, s'ébattre ; d'où sont venus aussi les sens de fréquenter une personne, la pourchasser.

ruser

RUSER. v. intr. Se servir de ruses. Ce chicaneur vous donne bien de la peine, il ruse, il ne fait que ruser.

Il se dit particulièrement du Cerf, du lièvre, du renard, etc., qui se servent de toutes sortes de détours pour se dérober aux chiens qui les poursuivent. C'est un vieux cerf, un vieux lièvre qui ruse.

ruser

Ruser, c'est faire des ruses et fallaces, Veterari, Fouillous parlant des chiens gris. Et n'aiment pas une beste qui ruse et tournoye, mais si elle tire païs, il est impossible de voir courir de plus vistes et meilleurs chiens.

Synonymes et Contraires

ruser

verbe ruser
Traductions

ruser

ruser

ruser

ruser

ruser

ruser

ruser

Ruser

ruser

[ʀyze] vi (= utiliser la ruse) → to use cunning
ruser avec [+ personne] → to get round; [+ interdit, loi, autorité] → to get round