séduction

séduction

n.f.
1. Action de séduire ; fait d'attirer par un charme irrésistible : La séduction du pouvoir attraction, tentation fascination
2. Moyen, pouvoir de séduire : Une femme pleine de séduction attrait, charme

SÉDUCTION

(sé-du-ksion ; en vers, de quatre syllabes) s. f.
Action par laquelle on séduit. Séduction de témoins.
La séduction que le serpent fit à ève [BOSSUET, Déf. de la trad. et des saints Pères, VIII, 23]
Il est une autre sorte de violence, qui n'en a ni le nom ni l'extérieur, mais qui n'en est pas moins dangereuse, je veux dire la séduction [ROLLIN, Hist. anc. Œuv. t. IX, p. 428, dans POUGENS]
Attrait, agrément attaché à certaines personnes.
La plus dangereuse de vos séductions est de n'en point employer [J. J. ROUSS., Hél. I, 13]
Pour échapper à sa séduction, Alcibiade et Critias prirent enfin le parti d'éviter sa présence [de Socrate] [BARTHÉL., Anach. ch. 67]
Attrait, agrément attaché à certaines choses. Les séductions des plaisirs. La séduction de son style, de son regard.
Ces séductions Qui vont au fond des cœurs chercher nos passions [VOLT., Adél. III, 3]
La palatine m'introduisit dans son boudoir, où tout respirait la séduction et la grâce [REYBAUD, Jér. Paturot, II, 16]
Au pluriel. Influences fâcheuses.
Dirai-je que l'empereur Antonin est encore au-dessus d'Épictète, parce qu'il triompha de plus de séductions, et qu'il était bien plus difficile à un empereur de ne se pas corrompre qu'à un pauvre de ne pas murmurer ? [VOLT., Phil. Ignor. 45]
Vous ne connaissez pas, ignorez-le toujours, Quelles séductions habitent dans les cours [P. LEBRUN, Marie St. II, 2]

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    [un roi] ....del regne nos a sevrez, E fors chaciez en traïson, Par sa laide seduction [BENOIT, II, 1697]
    De si laide seduction [perfidie] E de si mortau traïson Fu grant merveille.... [ID., II, 32686]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. seduction ; espagn. seduccion ; ital. seduzione ; du lat. seductionem, de seducere (voy. SÉDUIRE).

séduction

SÉDUCTION. n. f. Action par laquelle on séduit. Il employa l'argent, les promesses, et tout ce qui peut contribuer à la séduction. Il déploya son talent de séduction. La séduction d'une jeune fille.

Séduction de témoins, Action de suborner, de corrompre des témoins.

SÉDUCTION se dit absolument de l'Action de séduire une jeune fille ou une femme, de corrompre son innocence, sa vertu. Son roman est encore une histoire de séduction.

Il se dit aussi de l'Attrait, de l'agrément qui rend certaines choses propres à séduire. La séduction des richesses, de la jeunesse, de l'esprit, du pouvoir. La séduction des manières. La séduction du regard. Un abord plein de séduction. Les séductions des passions. Ce conférencier a beaucoup de séduction dans la parole, dans la voix. Fuir les séductions du monde.

seduction

Seduction.

Synonymes et Contraires

séduction

nom féminin séduction
Capacité de séduire.
Traductions

séduction

seduction, glamourהקסמה (נ), התפתות (נ), הַקְסָמָה, הִתְפַּתּוּתverleiding, betoveringseducciónseduçãoadescamento, attrazione, seduzioneVerführung誘惑sváděníForførelse유혹förförelse (sedyksjɔ̃)
nom féminin
fait d'attirer qqn, de savoir lui plaire avoir un grand pouvoir de séduction

séduction

[sedyksjɔ̃] nf
(action de séduire)seduction
pouvoir de séduction → powers of seduction
(= charme, attrait) → appeal, charm