séné

(Mot repris de sénés)

séné

n.m. [ lat. sene, de l'ar. ]
1. Cassier.
2. Laxatif extrait de la gousse du cassier.

SÉNÉ

(sé-né) s. m.
Nom de petits arbustes de la famille des légumineuses, qui croissent dans la haute Égypte, l'Arabie et la Syrie.
Famille de plusieurs espèces du genre cassia que Linné avait confondues sous le nom de cassia senna ; ces espèces sont le cassia acutifolia, Delile, le cassia obovata, Colladon, et le cassia lanceolata, Colladon, ou ovata, Mérat, ou aethiopica, Guibourt.
Follicules de séné, gousses des trois espèces de cassia dont il vient d'être question ; ce sont des fruits ou gousses planes, allongées, obtuses à leurs deux extrémités, se séparant difficilement en deux valves. On en distingue trois sortes, sous les noms de follicules de la palte, de Tripoli et d'Alep. Tout le séné du commerce nous vient de l'Égypte, par le grand Caire, où est établi le dépôt général. Dans cette ville on le monde soigneusement ; on sépare les follicules pour les vendre à part, et l'on mêle ensemble les feuilles de trois espèces sous le nom de séné de la palte (palte est le nom d'un impôt auquel le séné est assujéti). Séné de Tripoli ; il est formé presque entièrement de folioles et de gousses du cassia ovata ou aethiopica.
Médicament purgatif qui résulte du mélange, en différentes proportions, des folioles et des gousses, ou follicules de ces arbustes.
Plus, du 25e, une bonne médecine purgative et corroborative, composée de casse récente avec séné levantin et autres, suivant l'ordonnance de M. Purgon, pour expulser et évacuer la bile de monsieur [MOL., Mal. imag. I, 1]
L'un meurt vide de sang, l'autre plein de séné [BOILEAU, Art p. IV]
Fig. Passez-moi la rhubarbe, et je vous passerai le séné (voy. RHUBARBE).
Séné moka ou séné de la pique, séné venant d'Arabie ; il est en feuilles longues de plus de 3 centimètres et très étroites ; sa saveur est mucilagineuse ; il est presque inerte et ne doit pas être employé.
Faux séné, séné d'Europe, séné sauvage, voy. BAGUENAUDIER.
Séné bâtard, voy. ÉMÈRE. Séné des prés, gratiole officinale. Séné des Provençaux, globulaire turbith.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Des medicamens doux et benins, comme est la casse, les tamarins, le sené du Levant [PARÉ, XX, 11]

ÉTYMOLOGIE

  • Ital. sena ; de l'arabe sena (a long), séné.

séné

SÉNÉ. n. m. T. de Botanique. Espèce de casse, arbrisseau de la famille des Légumineuses, dont les feuilles sont employées comme purgatif. Séné d'Alexandrie.

Il se dit, en termes de Pharmacie, des Feuilles et des follicules du séné. Faire infuser du séné dans l'eau. Se purger avec du séné.

Prov. et fig., Passez-moi la casse, je vous passerai le séné, Faites-moi une concession, je vous en ferai une de mon côté.

sené

Du Sené, Sena: C'est une espece de Colutea, ou Baguenaudier.

sene

Sene, m. acut. Est l'assemblée des Curez d'un Diocese par devant leur Diocesain Evesque faite à certain jour de l'année, pour estre exhortez par luy du deu et accomplissement de leurs charges, et corrigez des abus par eux commis le long de la precedente année, Synodus. Duquel mot Grec il vient par apocope, et est inferieur au concile provincial, cestuy au national, et le national à l'oecumenique, Curatorum in Sede Episcopali annuus conuentus.

séné


SÉNÉ, s. m. Arbrisseau du Levant, dont les feuilles, qui ont le même nom, sont un grand purgatif. — On apèle follicules de séné, l'envelope de la semence.