sacrer

(Mot repris de sacrassions)

sacrer

v.t. [ lat. sacrare, de sacer, sacré, saint ]
1. Célébrer le sacre de : Napoléon fut sacré empereur en 1804 consacrer, couronner, introniser
2. (Suivi d'un attribut) Attribuer solennellement un titre : On l'a sacrée meilleure joueuse de l'année.
v.i.
Au Québec, proférer des sacres ; blasphémer jurer

sacrer

(sakʀe)
verbe transitif
souverain couronner lors d'une cérémonie religieuse Louis XIV a été sacré en 1654.

sacrer


Participe passé: sacré
Gérondif: sacrant

Indicatif présent
je sacre
tu sacres
il/elle sacre
nous sacrons
vous sacrez
ils/elles sacrent
Passé simple
je sacrai
tu sacras
il/elle sacra
nous sacrâmes
vous sacrâtes
ils/elles sacrèrent
Imparfait
je sacrais
tu sacrais
il/elle sacrait
nous sacrions
vous sacriez
ils/elles sacraient
Futur
je sacrerai
tu sacreras
il/elle sacrera
nous sacrerons
vous sacrerez
ils/elles sacreront
Conditionnel présent
je sacrerais
tu sacrerais
il/elle sacrerait
nous sacrerions
vous sacreriez
ils/elles sacreraient
Subjonctif imparfait
je sacrasse
tu sacrasses
il/elle sacrât
nous sacrassions
vous sacrassiez
ils/elles sacrassent
Subjonctif présent
je sacre
tu sacres
il/elle sacre
nous sacrions
vous sacriez
ils/elles sacrent
Impératif
sacre (tu)
sacrons (nous)
sacrez (vous)
Plus-que-parfait
j'avais sacré
tu avais sacré
il/elle avait sacré
nous avions sacré
vous aviez sacré
ils/elles avaient sacré
Futur antérieur
j'aurai sacré
tu auras sacré
il/elle aura sacré
nous aurons sacré
vous aurez sacré
ils/elles auront sacré
Passé composé
j'ai sacré
tu as sacré
il/elle a sacré
nous avons sacré
vous avez sacré
ils/elles ont sacré
Conditionnel passé
j'aurais sacré
tu aurais sacré
il/elle aurait sacré
nous aurions sacré
vous auriez sacré
ils/elles auraient sacré
Passé antérieur
j'eus sacré
tu eus sacré
il/elle eut sacré
nous eûmes sacré
vous eûtes sacré
ils/elles eurent sacré
Subjonctif passé
j'aie sacré
tu aies sacré
il/elle ait sacré
nous ayons sacré
vous ayez sacré
ils/elles aient sacré
Subjonctif plus-que-parfait
j'eusse sacré
tu eusses sacré
il/elle eût sacré
nous eussions sacré
vous eussiez sacré
ils/elles eussent sacré

SACRER1

(sa-kré) v. a.
Conférer au moyen de certaines cérémonies religieuses un caractère de sainteté.
Samuel prit l'urne pleine d'huile, et il le sacra [Saül] au milieu de ses frères [SACI, Bible, Rois, I, XVI, 13]
Il [Fénelon] se récrie contre ce fait, comme s'il était au-dessous de lui d'être sacré de mes mains [BOSSUET, Rép. Rem. Quiétisme, Avant-propos.]
Ce grand saint et ce nouveau Samuel [saint Rémi], appelé pour sacrer les rois, sacra ceux de France en la personne de Clovis, comme il le dit lui-même, pour être les perpétuels défenseurs de l'Église et des pauvres [ID., Polit. VII, VI, 14]
David gardait les brebis quand Samuel l'envoya chercher pour le sacrer roi [FLEURY, Mœurs des Israél. tit. VI, part. II, p. 50]
Philippe Ier est celui qui a commencé à se faire sacrer à Reims [SAINT-FOIX, Ess. Paris, Œuv. t. V, p. 387, dans POUGENS]
Pepin n'est pas le premier roi de l'Europe qui se soit fait sacrer avec de l'huile à la manière juive ; les rois lombards avaient pris cette coutume des empereurs grecs [VOLT., Ann. Emp. Charlemagne, 754]
Nicolas de Thou, évêque de Chartres, oncle de l'historien, eut l'honneur de sacrer le plus grand roi qui ait gouverné la France [Henri IV] [ID., Hist. parl. XXXIV]
Fig.
De quel divin parfum, de quel pur diadème La gloire aurait sacré ton front ! [LAMART., Méd. II, 7]

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    L'arcevesque Rogiers, qui nel volt refuser, L'aveit enuint [oint] à rei ; nel se deüst penser : Car cil de Cantorbire deit tuz les reis sacrer [, Th. le mart. 68]
    En cel cuntemple, fud une cité Sylo, de part Effraïm, que Deu out à sun oes [à son service] saisie et sacrée [, Rois, p. 2]
  • XIIIe s.
    Et fu sacrés à Reims à roi, et fu li pires rois qui onques feust [, Chr de Reims, p. 130]
    Il doit vivre d'autre labor, Puis qu'il est à prestre sacrez [, Ren. 20873]
  • XVIe s.
    Avec le gland qui leur tomboit à gré Du large chesne à Jupiter sacré [MAROT, IV, 17]
    N'estimant rien, comme dit Horace, sinon ce que la mort a sacré [DU BELLAY, I, 21, recto.]
    Humiliez vous devant sa sacrée face, et recongnoissez vos imperfections [RAB., Pant. IV, Nouv. prol.]
    Je vous ferai faire plus de signes de croix de ce que je sais des femmes, que l'on n'en fait à sacrer une eglise [MARG., Nouv. X]
    C'est la vertu qui sacre et couronne les roys [, Sat. Mén. p. 214]
    Secondement les arteres crurales font les sacrées, lesquelles s'en vont à la mouelle de l'os sacrum [PARÉ, I, 25]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. et espagn. sagrar ; ital sagrare ; du lat. sacrare, rendre sacré, de sacer, sacré.

SACRER2

(sa-kré) v. n.
Terme familier. Jurer, blasphémer.
De leur côté les bateliers juraient, Rimaient en Dieu, blasphémaient et sacraient [GRESSET, Ver-vert, III]
Il se conjugue avec l'auxiliaire avoir.

ÉTYMOLOGIE

  • C'est sacrer 1, détourné de son sens de la même façon que jurer en un emploi analogue.

sacrer

SACRER. v. tr. Conférer un caractère sacré par le moyen de certaines cérémonies religieuses. Sacrer un roi, un empereur, un évêque. C'était à Reims qu'on sacrait les rois de France.

Il signifie encore, familièrement, Déclarer solennellement. Il a été sacré grand écrivain, grand artiste.

SACRER s'emploie aussi, familièrement, comme verbe intransitif et signifie Jurer, blasphémer, faire des imprécations. Il ne fait que jurer et sacrer.

Synonymes et Contraires

sacrer

verbe sacrer
1.  Conférer un caractère sacré.
2.  Attribuer un titre à quelqu'un.
Traductions

sacrer

sagrare

sacrer

[sakʀe]
vt
[+ roi] → to crown
[+ prêtre] → to consecrate
(vieilli) vi → to curse, to swear