sagette ou saette

SAGETTE ou SAETTE

(sa-jè-t' ou sa-è-t') s. f.
Termes vieillis. Flèche.
Sagette, hors d'usage ; je n'en voudrais user qu'en bouffonnerie [MALH., Sur une élégie de Bertaut, p. 352, t. IV, édit. LALANNE.]
Un pasteur dans les bois de Crète A transpercé d'une sagette, Ou bien, si vous voulez, d'un dard, Une biche de part en part [SCARR., Virg. IV]
Il [loup] se jette Sur l'arc qui se détend, et fait de la sagette Un nouveau mort : mon loup a les boyaux percés [LA FONT., Fabl. VIII, 27]

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Que servir as feluns.... est ses saetes de sanc juste enivrer [, Th. le mart. 89]
    E jo vendrai [viendrai], e treis saetes i trarrai, si cum en deduit m'aüsasse à traire à alcun merc [, Rois, 79]
  • XIIIe s.
    Si comme aucun segneur voloient destourbier les sergans d'autres segneurs à ce qu'il n'alassent pas parmi lor justices, portant ars, ne sajetes, ne armes, ne espées [BEAUMANOIR, LVIII, 13]
  • XVIe s.
    Les dix mille Grecs, en leur longue et fameuse retraicte, rencontrerent une nation qui les endommagea merveilleusement à coups de grands arcs et forts, et des sagettes si longues qu'à les reprendre à la main on les pouvoit rejecter à la mode d'un dard [MONT., I, 364]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. sageta, saeta ; espagn. saeta ; ital. saetta ; du lat. sagitta ; comparez le gaélique saighead, flèche, de saigh, pointe.