san-benito

SAN-BENITO

(san-bé-ni-to) s. m.
Casaque jaune que l'inquisition fait revêtir à ceux qu'elle a condamnés ; le portrait du condamné y est figuré, devant et derrière, posé sur des tisons allumés, avec des flammes qui s'élèvent et des démons à l'entour.
Si Newton était né en Portugal, et qu'un dominicain eût vu une hérésie dans la raison inverse du carré des distances, on aurait revêtu le chevalier Isaac Newton d'un san-benito dans un au-to-dafé [VOLT., Dict. phil. Newton et Desc.]

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    La troupe des bruslez, pendus et noyez de ce siecle, tous gens mal habillez, et avec des santbenis, paints de diables [D'AUB., Faen. IV, 17]

ÉTYMOLOGIE

  • Espagn. san, pour santo, saint, et Benito, Benoît ; parce que cet habit est de la même forme que l'habit des religieux de Saint-Benoît.

san-benito

SAN-BENITO. (On prononce Bénito.) n. m. Terme emprunté de l'espagnol. Sorte de casaque de couleur jaune, que l'Inquisition faisait revêtir à ceux qu'elle avait condamnés.