sanglé

sangle

SANGLE. n. f. Bande de toile, de cuir, qu'on tend, qu'on serre pour maintenir quelque chose. Une sangle de cuir. Serrer une sangle. Les sangles d'un lit, d'un fauteuil. La sangle s'est lâchée, s'est rompue.

La sangle d'une selle, Sangle qui passe sous le ventre du cheval et qui est fixée à la selle des deux côtés, de manière à la maintenir. On dit de même : La sangle d'un bât.

Lit de sangle. Voyez LIT.

Dictionnaire de L'Académie française 8th Edition © 1932-5

sangle

Une Sangle, Cingula, cingulae, Lora lororum, Rectius. Sengle, voyez Cengle.

Les sangles, Hypozomata ephippiorum.

¶ Robbe sangle, qui n'est doublée, ne fourrée, voyez Sengle.

Jean Nicot's Thresor de la langue française © 1606

sangle


SANGLE, s. f. SANGLER, v. act. [1re lon. 2e e muet au 1er, é fer. au 2d. — Plusieurs écrivent cengle, cengler, et cette ortographe n'est pas moins conforme à la prononciation, et l'est plus à l'étymologie de cingula, et à l'analogie de notre langue, qui change en en la particule latine in, comme on le voit dans cinis, cendre; infans, enfant; inter, entre, etc. mais l'usage de la plus grande partie des Auteurs, et l'Acad. sont pour sangle, sangler. DICT. D'ORT.] Sangle, bande, plate et large, qui sert à ceindre, à serrer, et à divers autres usages. "Les sangles de la selle d'un cheval. Les sangles d'un châssis de bois de lit, etc. Voy. CEINTURON. = Sangler, ceindre, serrer avec des sangles. Sangler un cheval, un mulet. = En st. fig. famil. on dit d'un homme, qui a perdu un procês avec dépens, amende, etc. ou qui a été exclus de quelques prétentions, qu'il a été sanglé; qu'on l'a sanglé. = Sangler un coup de poing, un coup de fouet, un souflet, des coups de pied, etc. Apliquer, doner, etc. Il parait, en ce sens, bâs et populaire. L'Acad. se contente de dire qu'il est du style familier.

Jean-François Féraud's Dictionaire critique de la langue française © 1787-1788
Synonymes et Contraires

sanglé

adjectif sanglé
Serré à la taille.
Le Grand Dictionnaire des Synonymes et Contraires © Larousse 2004