sanglé, ée

SANGLÉ, ÉE

(san-glé, glée) part. passé de sangler
Serré avec une sangle. Un mulet bien sanglé.
Car, aussi bien que ses mazettes, Il est sanglé le messager du Mans [DUCERCEAU, Poés. Avénement du messager.]
Les bœufs qui présentent une dépression au passage des sangles sont dits sanglés, et sont peu estimés des engraisseurs. Habit sanglé, redingote sanglée, habit, redingote qui serre la taille comme si c'était une sangle. Fig. Être sanglé, être perdu, ruiné, en tenir ; on dit dans le même sens : on l'a sanglé.
Criant : Jupiter est sanglé [SCARR., Typh. III]
Ce discours fut à peine proféré, Que l'écoutant s'encourt, et, tout outré, Trouve du bât la sangle et se l'attache, Puis va criant partout : je suis sanglé [LA FONT., Aveux.]
Terme de blason. Se dit des animaux qui ont une espèce de ceinture d'un autre émail.