saucé, ée

SAUCÉ, ÉE

(sô-sé, sée) part. passé de saucer
Trempé dans une sauce. Manger son pain saucé. Fig. et familièrement.
Mme de Coulanges m'a écrit une grande lettre toute pleine d'amitiés et de nouvelles.... elle dit que le voyage de Fontainebleau est assuré, elle parle de la meilleure santé de Mme de la Fayette ; tout cela saucé dans mille douceurs [SÉV., 26 août 1677]
Trempé dans un liquide quelconque.
Je mis hier moi-même une rose dans la fontaine bouillante [de Vichy], elle y fut saucée et ressaucée, je l'en tirai comme dessus la tige [SÉV., 4 juin 1676]
Feuilles saucées, se dit des feuilles du tabac aspergées légèrement avec de l'eau de mer.
Familièrement. Mouillé jusqu'aux os.
Je suis arrivé saucé et à une heure de nuit [Mme D'ESPINAY, Mém. t. II, p. 296, dans POUGENS, Lett. de J. J. Rousseau.]
Terme de numismatique. Médaille saucée, celle qui, ayant été battue en cuivre, a été ensuite argentée ou couverte d'une feuille d'étain.