secouade

SECOUADE

(se-kou-a-d') s. f.
Réprimande, paroles vives.
M. de la Force, qui craignait les secouades du maréchal de Tallard [SAINT-SIMON, 509, 247]

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Lui donnant telles secouades, qu'il la contraint de bugler [MERLIN COCAÏE, t. II, p. 170, dans LACURNE]

ÉTYMOLOGIE

  • Secouer.
Émile Littré's Dictionnaire de la langue française © 1872-1877