sellé

selle

SELLE. n. f. Petit siège de bois, à trois ou quatre pieds et sans dossier, sur lequel une seule personne peut s'asseoir. Selle de bois de chêne. Être assis sur une selle.

Prov. et fig., Rester entre deux selles se dit lorsque, de deux choses auxquelles on prétendait, on n'en obtient aucune.

SELLE se dit aussi d'une Sorte de siège qu'on met sur le dos d'un cheval, d'une mule, etc., pour la commodité de la personne qui monte dessus. Selle d'homme. Selle de dame. Selle à l'anglaise. Le siège, les arçons, le pommeau d'une selle. Rembourrer de crin une selle. Cette selle porte trop sur le devant. Ce cheval est mal sanglé, la selle tournera. Se remettre en selle.

Être bien en selle, Être bien placé sur son cheval.

Fig. et fam., Être bien en selle, Être bien affermi dans son poste, dans sa place. Ce ministre a été longtemps menacé de perdre sa place, aujourd'hui il est bien en selle. On dit dans un sens analogue : Mettre quelqu'un en selle.

Selle à tous chevaux, Selle qu'on peut faire servir à tous chevaux. Il se dit figurément d'un Propos banal, d'un lieu commun qui peut être employé en toutes circonstances.

Cheval de selle, Cheval propre à être monté par un cavalier. Cheval de selle et de trait, Cheval qu'on peut, à volonté, monter ou atteler à une voiture.

SELLE désigne encore une Sorte de petit siège de cuir adapté à une bicyclette, à une motocyclette.

En termes de Cuisine, il désigne un Morceau de mouton, d'agneau allant de la première côte au gigot. Une selle d'agneau.

En termes de Sculpture, il désigne une Tablette à pivot montée sur un trépied, sur laquelle le sculpteur pose la figure à laquelle il travaille.

SELLE se dit encore de la Garde-robe. Aller à la selle.

Par extension, il désigne Ce qu'on a évacué à la garde-robe. Il a eu deux ou trois selles. Garder les selles d'un malade pour les montrer au médecin.

selle

Une Selle, ou banc, Sella.

¶ Une selle persée, pour aller à la selle, Familiaris sella, Sella pertusa.

Aller à la selle, Exonerare ventrem, Aluum euacuare, exinanire, inanire, purgare.

Le vin fait aller à la selle, Vinum mouet aluum aut deiicit aluum.

Faire aller à la selle, Ciere aluum, Ducere aluum, Aluum elicere, Aluum soluere, subducere, trahere.

Pour faire aller à la selle, Alui causa dare aliquid.

¶ Selle ou autre couverture de cheval, Ephippium.

selle


SELLE, s. f. SELLER, v. act. SELLERIE, s. f. SELLETTE, s. f. SELLIER, s. m. [Sèle, sélé, sèlerie, sélète, sé-lié: 1reè moy. au 1er et au 3e, é fer au 2d, 4e et 5e: 2ee muet au 1er et au 3e, é fer. au 2d et au 5e, è moy. au 4e.] Selle est 1° autrefois, siège ou chaise de bois. On ne le dit plus que dans cette phrâse proverbiale: demeurer entre deux selles le cul à terre; n'obtenir aucune des deux chôses auxquelles on prétendait, ou ne réussir dans aucun des deux moyens qu'on avait employés. = 2°. Siège, qu'on met sur le dôs d'un cheval, mule, etc. pour la comodité de celui, qui monte dessus. "Avoir le cul sur la selle, être à cheval. "Il a toujours le cul sur la selle. "Être bien en selle, bien à cheval. = En st. prov. selle à tous chevaux, lieu comun qu'une persone fait entrer dans toute sorte de discours. "Je réponds toutes les extravagances, qui se présentent à moi, plutôt que ces selles à tous chevaux, dont nous avons tant ri ici. Sév. c. à. d. Ces choses triviales, ces complimens banaux, etc. = 3°. Évacuation, qu'on fait une fois en alant à la garderobe. "Ce remède lui a fait faire deux ou trois selles.
   SELLETTE, petite selle (n° 1°.) Il ne se dit plus que d'un petit siège de bois, sur lequel on oblige un accusé de s'asseoir, quand on l'interroge pour le juger. = En st. fig. famil. Tenir quelqu'un sur la sellette, lui faire plusieurs questions pour tâcher de lui tirer le ver du nez.
   SELLER, mettre une selle (n° 2°.) sur un cheval, mule, etc. "Il fit promtement seller ses chevaux.
   SELLERIE, lieu, où l'on serre les selles, et les harnois des chevaux.
   SELLIER, ouvrier, qui fait des selles, des carosses, etc.

Traductions

sellé

מאוכף (ת)