semaille

SEMAILLE

(se-mâ-ll', ll mouillées, et non se-mâ-ye) s. f.
Action de semer les grains.
Il faut toujours hâter les semailles, à moins que les circonstances physiques ne s'y opposent [GENLIS, Maison rust. t. III, p. 19, dans POUGENS]
Les grains semés. Les oiseaux ont mangé les semailles.
Temps où l'on ensemence les terres. Semailles d'automne, semailles du printemps, pendant les semailles. Mois des semailles, dans quelques chartes. le mois d'avril

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Semaille de chous ne doit noiant [, Liv. des mét. 293]
    La bone terre fait multiplier la semaille qui jetée i est [BRUN. LATINI, Trésor, p. 332]

ÉTYMOLOGIE

  • Wallon, semaw ; Charente, semerailles ; Berry, senaille ; provenç. semenalha ; du lat. seminalia (les pluriels neutres donnant en français des noms féminins du singulier), de semen, graine (voy. SEMER).

semaille

SEMAILLE. n. f. Action de semer. Il s'emploie surtout au pluriel. Nous avons fait nos semailles. On est occupé maintenant aux semailles. Semailles d'automne. Semailles de printemps.

Il désigne encore les Grains semés. Les grandes pluies ont gâté toutes les semailles. Les oiseaux ont mangé les semailles.

Il désigne aussi la Saison, le temps durant lequel on ensemence les terres. Pendant les semailles.

semaille

Semaille, voyez Semer.

semaille

Semaille ou Semoison, Satio, Sementis, Satus, huius satus.

Faire semailles, Sementes facere. Caesar.

Recevoir la semaille, ou semence, Satus accipere.